vendredi 14 décembre 2018
online casinos
Dernières nouvelles / Breaking news
Vous êtes ici: Accueil » Chroniques / Column » Opinions » Les armes à feu
Les armes à feu

Les armes à feu

Le 6 décembre 1989, la fusillade de la Polytechnique a entraîné la mort tragique de 14 jeunes femmes dans mon quartier, Outremont. Le tireur est entré dans une salle de classe, armé d’un fusil semi-automatique et, demandant que les hommes et les femmes soient séparés, fusilla les femmes.

Cette tragédie demeure la fusillade de masse la plus meurtrière de l’histoire du Canada et a déclenché une conversation nationale sur le contrôle des armes à feu qui a mené au projet de loi C-68, la Loi sur les armes à feu, comprenant le registre d’armes longues (mis à terme en 2012). Plus récemment, la violence dans l’ensemble du pays, y compris à Toronto et à Québec, a ravivé notre débat national sur l’encadrement des armes à feu, menant à une réflexion sur la meilleure façon de se protéger contre la violence armée.

Voici les faits:
En 2012, il y a eu 90 meurtres commis à l’aide d’une arme à feu – 266 l’année dernière. Depuis la fin du registre d’armes longues, les meurtres commis à l’aide d’une carabine ou d’un fusil à pompe ont augmentés de 120 pourcent; l’augmentation est de 60 pourcent pour les armes de poing. En 2012, 75 pourcent des fusils illégaux au Canada ont été passés en contrebande des États-Unis. Aujourd’hui, selon le service de police de Toronto, plus de la moitié des fusils proviennent de notre propre pays.

Rachel Bendayan, candidate à l’investiture du Parti libéral du Canada dans Outremont

Photo : Rachel Bendayan lors de la cérémonie du 6 décembre 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll To Top