lundi 28 mai 2018
online casinos
Dernières nouvelles / Breaking news
Vous êtes ici: Accueil » Nouvelles / News » Budget 2018 : Un budget qui fait mal à la fois aux citoyens et aux entreprises »
Budget 2018 : Un budget qui fait mal à la fois aux citoyens et aux entreprises »

Budget 2018 : Un budget qui fait mal à la fois aux citoyens et aux entreprises »

Le chef de l’Opposition officielle à l’hôtel de ville de Montréal et conseiller de Darlington, Lionel Perez, a réagi au premier budget de l’administration Plante en constatant d’entrée de jeu que la mairesse avait brisé sa promesse de ne pas augmenter les charges fiscales au-delà de l’inflation.

En effet, le compte de taxes moyen des Montréalais fera un bond de 3,3% en 2018, (4,2 % pour Côte-des-Neiges—Notre-Dame-de-Grâce et 4,5% pour Outremont) en calculant l’augmentation des charges fiscales relevant du conseil municipal pour les immeubles résidentiels (1,9%) et en y ajoutant les charges des arrondissements (en hausse de 0,3%) ainsi que l’augmentation de la taxe spéciale de l’eau (1,1%). Le tout à l’intérieur d’un budget qui prévoit une hausse des dépenses municipales de 5,2% par rapport au budget 2017.
« L’administration Plante-Dorais démontre un manque de rigueur budgétaire en ne respectant pas la capacité de payer des contribuables montréalais. Elle brise l’une de ses principales promesses électorales, ce qui va faire mal aux citoyens et aux entreprises de la métropole », a déclaré M. Perez.

Augmentation des loyers
Suite aux hausses de taxes annoncées par la Ville de Montréal, l’Association des Propriétaires du Québec (APQ) rappelle que les avis d’augmentation des loyers envoyés à leurs locataires devront refléter la hausse subie de leurs comptes de taxes.
« Selon le formulaire de calcul d’augmentation de loyer émis chaque année par la Régie du logement, chaque propriétaire doit faire le calcul réel et ce calcul comprend la différence entre le montant des taxes de l’année précédente et celle de l’année en cours. Donc pour l’année 2018, il faudra calculer la différence entre l’année 2017 et le compte de taxes à recevoir pour 2018 » selon Martin Messier, président de l’APQ.
Aussi, si un propriétaire souhaite appliquer cette augmentation sur plusieurs années c’est impossible car tout ce qui n’est pas réclamé lors de l’année en cours et impossible à demander les années suivantes selon les règles appliquées par la Régie du logement.

Photo : archives LesActualités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll To Top