dimanche 17 juin 2018
online casinos
Dernières nouvelles / Breaking news
Vous êtes ici: Accueil » Élections » Darlington : Un sentiment d’exclusion, d’insécurité et de solitude
Darlington : Un sentiment d’exclusion, d’insécurité et de solitude

Darlington : Un sentiment d’exclusion, d’insécurité et de solitude

Rencontré en marge d’une conférence des organismes communautaires sur l’itinérance dans le quartier Côte-des-Neiges, Graham Carpenter a bien voulu parlé de sa campagne électorale. Il est candidat de Projet-Montréal dans le district de Darlington qu’il tentera de ravir à l’actuel conseiller Lionel Perez.

Graham a une très bonne connaissance et une grande expérience des besoins des gens du quartier. Au cours des dix dernières années au bureau de comté de Thomas Mulcair, il a travaillé dans pas moins de 7000 dossiers, essentiellement de nouveaux arrivants.

Aujourd’hui, il sillonne les rues, entrant dans chaque édifice, frappant à chaque porte. Que retient-il de ces rencontres ?

«Du désespoir. Un sentiment d’exclusion, d’insécurité, de solitude et de difficulté à se trouver une place, me répond Graham. Des 32 000 résidants du district Darlington, 17 000 ont droit de voter et seulement 5 000 l’ont exercé aux dernières élections. Je les incite sans cesse à le faire car voter est un acte d’amour pour la communauté. Mon premier défi est d’augmenter le taux de participation de 30 % qu’il était à 50 % lors du prochain scrutin.»

«Souvent, par peur et par pudeur, ils me parlent des problèmes des voisins. Ceux de la porte d’à coté, qui vivent dans des logements infestés de punaises et de moisissures.
D’autres, ceux des rues Barclay, Goyer, Bedford, me parlent de l’autobus 160, au service toujours incertain depuis des décennies. Chaque matin en retard coût cher à ces travailleurs à bas salaire.
Les jeunes, avant même de débuter sur le marché du travail, ne nourrissent même plus l’espoir de trouver un emploi. Ils écoutent les recommandations de la société et rêvent devenir (riches) entrepreneurs. Mais les appuis pour les aider sont rares, inexistants.»

C’est à cela que Graham Carpenter, s’il est élu, compte s’atteler. Les solutions ne sont pas si complexes me dit-il. Mais il faut avoir le souci de s’en occuper.

Il livrera aussi des batailles plus rudes comme obtenir que Québec accorde le droit de vote (aux élections municipales) aux résidents permanents qui n’ont pas encore la citoyenneté canadienne. «Ils ne doivent pas être tenus à l’écart des choix et décisions de la communauté dans laquelle ils vivent. » conclut-il.

Outre les appuis de plusieurs groupes socio-communautaires, Graham Carpenter à reçu celui de Thomas Mulcair, député d’Outremont et maintenant ancien chef du NPD ainsi que celui du philosophe Charles Taylor, ex co-président de la Commission Bouchard-Taylor.

Graham Carpenter à l’issue de la conférence

Les commentaires sont fermés.

Scroll To Top