dimanche 20 août 2017
online casinos
Dernières nouvelles / Breaking news
Vous êtes ici: Accueil » Culture » Un million d’horizons
Un million d’horizons

Un million d’horizons

Hors Champs de Julien Boily est une exposition rassemblant une série de tableaux qui questionnent la réalité perceptible. S’inspirant de la peinture des grands maîtres du XVIIe siècle, ces œuvres réalistes nous proposent des objets ambivalents, qui se situent quelque part entre le reconnaissable et l’incertain. Les œuvres de la série HI & LO en particulier se posent comme des énigmes contemporaines où métaphysique et technologie se rencontrent en état d’apesanteur, hors du monde. Cette situation spatiale ambigüe se trouve complexifiée par les réflexions que nous retournent ces objets. Sortes de sphères dédoublées combinant des matières polymères, métalliques et électroniques, elles reflètent toutes d’improbables hors champs, composant sous nos yeux des récits spatio-temporels fragmentés.

Originaire de Saint-Gédéon au Lac-Saint-Jean, Julien Boily vit et travaille à Saguenay. Après avoir obtenu un baccalauréat interdisciplinaire en arts à l’Université du Québec à Chicoutimi, il réalise ses œuvres de façon collective autant qu’individuelle. Depuis 2005, il a présenté près d’une dizaine d’expositions en solo et a participé à un grand nombre d’ expositions collectives et de foires d’art contemporain au Canada, en France, en Grèce et en Suède. Il a bénéficié de plusieurs bourses du Conseil des arts et des lettres du Québec et du Conseil des arts de Saguenay. Artiste pluridisciplinaire, il privilégie la peinture, mais aussi le dessin, l’estampe et la sculpture.

Installation Post-Olympiques de Jean-Maxime Dufresne & Virginie Laganière est une installation multimodale : photographique et vidéographique, incluant des éléments sculpturaux et sonores. Sur le thème de l’après-olympique et de ses conséquences sur l’environnement, le projet constitue une forme d’investigation et d’interprétation de cet agencement architectural, économique, politique et social. Les artistes soulignent le fait que s’inscrivant « dans une chronologie olympienne plus vaste, la métropole se situe au cœur d’un réseau de relations et d’enjeux sur le devenir de sites olympiques controversés, qui ont précédé ou suivi les JO de 1976 à Montréal. Post-Olympiques s’intéresse précisément à la construction de narrativités qui s’échafaudent à travers ces différents lieux et contextes: un éclatement de perspectives avec lesquelles dialogue forcément le cas de Montréal.

Jean-Maxime Dufresne est un artiste, éducateur et chercheur diplômé en architecture (McGill U. / Universidad de Los Andes, Bogotá) et en multimédia (UQAM). Sensibles aux pratiques spatiales, ses recherches s’intéressent aux mutations qui façonnent nos territoires urbains ainsi qu’à leurs réalités sociales. Le processus architectural y est reconsidéré dans une production matérielle étroitement associée à un travail d’enquête et à la création d’expériences provisoires. Entre fiction et documentaire, ses recherches s’incarnent à travers une approche protéiforme combinant l’installation, la photographie, la vidéo, le son, l’intervention, l’imprimé et la collecte de données. Son travail individuel et collaboratif a été diffusé au Canada (La Biennale de Montréal, Optica, Sporobole, Fonderie Darling, Skol), aux États-Unis (Graham Foundation), en Espagne (Madrid Abierto) et au Brésil (São Paulo Bienal de Arquitetura). En 2009-10, il initiait L’Agence / Agency dont le matériau d’édition provenait d’entretiens réalisés avec une quinzaine d’acteurs du milieu culturel à Montréal et ailleurs sur des notions de spatialité partagée, contestée ou réinventée.

Virginie Laganière vit et travaille à Montréal. De nature anthropologique, ses recherches œuvrent sur les espaces construits, les phénomènes d’insécurités, la psyché humaine et les technologies de perception au sein d’installations artistiques. Celles-ci sont composées d’éléments sculpturaux, de son, d’éclairage, de photo et de vidéo avec une affection particulière pour l’élaboration d’environnements in-situ. Au-delà de la relation spécifique avec le lieu de présentation, son travail incorpore des aspects fictionnels et documentaires issus d’interviews et de recherches sur le terrain. Elle a présenté ses installations artistiques au Canada, au Mexique, en Espagne, en Finlande, au Japon et en Suisse. Son travail vidéographique a été diffusé dans des festivals reconnus à l’international.

Du 22 juin au 19 août à la maison de la culture CDN

Photo : oeuvre de Julien Boily

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll To Top