samedi 27 mai 2017
online casinos
Dernières nouvelles / Breaking news
Vous êtes ici: Accueil » Culture » La nuit du violoncelliste
La nuit du violoncelliste

La nuit du violoncelliste

Un compositeur de musique, un soir de pluie, est aux prises avec sa voisine, son amoureuse et une dégustatrice de crèmes. Elles se moquent de lui, de ses hésitations et de ses ambitions. Parviendra-t-il à finir une partition ?
Suite concertante pour voix parlée et violoncelle d’Anatoly Orlowsky (compositeur) sur un livret de Bernard Lévy (écrivain) avec, sur scène, Sophie Faucher (comédienne) et Pierre-Alain Bouvrette (musicien).

Dans son édition de février 2016, le magasine littéraire Nuit Blanche écrit : La nuit du violoncelliste, quatrième livre de Bernard Lévy, s’inscrit dans une catégorie inédite : «romans accélérés». En jetant un coup d’œil à la table des matières, le lecteur constate que le livre comporte dix textes, comme un recueil de nouvelles, mais en tournant les pages, il remarque que ceux-ci sont découpés en chapitres comme un roman. Le mot accéléré rappelle le cinéma, où le réalisateur peut modifier à sa guise la vitesse à laquelle se déroulent les événements. Le lecteur en sait assez pour entrer sans plus tarder dans la lecture de La fanfare, premier roman accéléré. Le narrateur à la deuxième personne du singulier imagine qu’il se trouve dans le train qu’il a regardé passer. Les personnages apparaissent sans égard à la logique, comme dans un rêve. Un saltimbanque entre dans la cabine en jouant du tambour. Des chevaux cherchent à battre de vitesse le train comme dans un western. Marceline se présente ensuite et tombe sur-le-champ amoureuse du narrateur. Et celui-ci de constater : «Quel cinéma, tout de même, cette histoire avec Marceline !» Il se voit ensuite en président qui doit prononcer un discours. Or, ce texte n’est autre que celui d’un «vieil écrivain surréaliste » qui écrit «des romans accélérés». Ainsi les dix chapitres de ce premier roman accéléré suffisent-ils à faire comprendre les intentions de l’auteur.

Mercredi 5 avril à 20 h à la maison de la culture CDN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll To Top