samedi 27 mai 2017
online casinos
Dernières nouvelles / Breaking news
Vous êtes ici: Accueil » Faits divers / Other news » Pas de festival sur la rue Monkland cet été
Pas de festival sur la rue Monkland cet été

Pas de festival sur la rue Monkland cet été

Quelques dizaines de personnes ont assisté mercredi dernier à la consultation publique sur l’avenir des festivals de la rue Monkland. D’entrée de jeu, le maire Copeman a annoncé que ni l’Association des marchands de la rue Monkland (AMM) ni la compagnie Monkland Village Productions (MVP) n’ont l’intention d’organiser leur traditionnel Grand Prix ou Festival des saveurs. L’annonce a été reçue avec satisfaction par les participants.
On se rappelle qu’au cours de l’été dernier, de nombreux résidents ont critiqué l’organisation de ces fêtes et demandé leur réorganisation sinon leur abolition.

Aux problèmes majeurs soulevés écrivaient les opposants, amalgame AMM-MVP, présence des camions cuisine en trop grand nombre et concurrence de la part de commerces extérieurs à l’avenue Monkland, s’ajoutent bien sûr plusieurs autres problèmes et désagréments provoqués par la tenue de vos festivals. Ces problèmes ont souvent été soulevés auprès des autorités municipales et ont fait l’objet de pétitions et de plusieurs articles de journaux en 2016. Vous n’êtes donc pas sans les connaître.
• Importante source de pollution (bruit, malpropreté des lieux, qualité de l’air). Il est d’ailleurs ironique de constater que vous vous dites sensible aux questions environnementales dans votre profil LinkedIn alors qu’il ne semble n’y avoir absolument aucun souci d’ordre écologique dans vos événements. Question bruit, le bruit intense, jusque tard le soir, produit par les spectacles de la scène TD est un véritable affront et dénote un manque total de respect envers les citoyens du quartier. Le commanditaire de cette scène, jusqu’à tout récemment la banque TD, est au fait de la situation et doit agir en conséquence.
• Sérieux problèmes de circulation et de stationnement sur les rues et absence de transport public adéquat.
• Lacune en matière de sécurité des lieux.
• Nombre de festivals : deux, c’est trop, un seul festival durant l’été suffirait amplement.
• Durée de l’activité promotionnelle : quatre ou trois jours, c’est trop, deux jours et demi suffiraient amplement.
• Manque de créativité quant aux activités festives proposées, ce qui commande la mise sur pied d’un véritable comité de programmation.

Par ailleurs, il semblerait que l’Inspecteur général de Montréal ait critiqué le fait qu’une subvention accordée à un organisme sans but lucratif (AMM) soit finalement destinée à une entreprise privée (MVP)

L’Association des gens d’affaires de NDG récemment formée espère reprendre à l’avenir l’organisation de braderies et festivals de rue.

Photo archives: la scène TD du Festival

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll To Top