vendredi 24 novembre 2017
online casinos
Dernières nouvelles / Breaking news
Vous êtes ici: Accueil » Société / Community » Roger Coté : la CDEC en quelques confidences
Roger Coté : la CDEC en quelques confidences

Roger Coté : la CDEC en quelques confidences

La Corporation de développement économique communautaire (CDEC) de l’arrondissement CDN-NDG a cessé ses activités en décembre 2015. Le 25 mai dernier, lors d’une dernière assemblée générale, les membres présents ont majoritairement décidé de sa dissolution.
Hormis Claude Lauzon qui en fut directeur se la fondation à sa dissolution, Roger Coté a été le membre actif le plus présent de cette aventure.

Élu administrateur en 1992, il assuma la présidence du conseil d’administration de 1994 à 2006, poste qu’il abandonna pour des raisons de santé. Susan Clark le remplaça et quitta à son tour dès son élection au poste de conseillère municipale, le 1er novembre 2009. Elle fut remplacée par Francine Dumont qui se retira le 17 juin 2015. Durant cette période, 2006 à 2015, Roger Coté resta cependant membre du conseil d’administration. Il reprit la présidence en juin 2015 pour veiller au démantèlement de l’organisme décidé par le gouvernement du Québec.
Il a accepté de se confier et de porter un regard rétrospectif sur ces années.

Sur le fonctionnement interne
Ce dont je suis satisfait et fier est que la CDEC ait réussi une grande implication citoyenne. Des organismes communautaires, des syndicalistes, des résidents, des gens d’affaires, des institutions se sont ensemble impliqués bénévolement.
Le conseil d’administration comprenait en moyenne vingt membres qui mensuellement participaient à une réunion du conseil et celle d’un comité. Cela totalise près de 500 réunions. Rarement, au cours de son histoire, la CDEC ait du reporter une réunion par manque de quorum. Un problème fréquent pour la plupart des organismes de ce genre. Cela témoigne de la très grande implication des administrateurs bénévoles envers la CDEC. Implication peut-être due aux importants budgets d’opérations et d’investissements dont disposait la CDEC et par conséquent aux attentes qui en découlaient.
J’ai par contre été exaspéré par la longueur des conseils d’administration où chaque projet approuvé préalablement par un comité était de nouveau examiné et approuvé par le conseil. Mais telle était la volonté du CA et je la respectais.
Ce dont je suis également satisfait et fier est que la CDEC ait réussi à faire travailler ensemble deux quartiers, Côte-des-Neiges et Notre-Dame-de-Grâce. De grandes tensions existaient au départ entre ces deux quartiers (langue, culture, intérêts, besoins)*. Or le conseil d’administration a pu surmonter ces tensions au cours des premières années et travailler harmonieusement bien que les débats aient souvent été musclés, chacun tenant à exprimer son point de vue.

J’ai en tête deux projets
Quand je vois aujourd’hui la revitalisation de la rue Bernard autour de ce que fut jadis le cinéma Outremont, je pense à ce qu’aurait pu être la revitalisation de la rue Sherbrooke autour du cinéma V dans Notre-Dame-de-Grâce.
Un premier groupe de citoyens militants a tenté cette revitalisation. Mais il était trop souvent en affrontement avec l’ex maire Michael Applebaum.
Évidemment, les investissements pour rénover la bâtisse étaient considérables. Bien plus que ce que le comité d’économie sociale de la CDEC pouvait investir. Nous aurions du cependant être plus audacieux, car cela aurait été une importante réalisation.

Le second projet aurait été de faire de Côte-des-Neiges, une destination touristique autour du cimetière Notre-Dame-des-Neiges, du parc de mont-Royal et de l’Oratoire Saint-Joseph. Hélas, il y a eu un manque de vision dans ce dossier de notre part*. Il y a eu absence de leadership de l’arrondissement. Nous sommes tous un peu coupables de n’avoir pas fait ce leg au quartier.

Il restera par contre plusieurs initiatives communautaires notamment des garderies. La CDEC CDN-NDG est la seule qui ait soutenu la création de garderies au cours des années car elle correspondait à un grand besoin dans ce territoire.
D’autres initiatives ont été soutenues pour des organismes existants et qui souhaitaient développer un nouveau volet à leurs projets. C’est le cas de la Coopérative La Maison Verte à NDG ou le Centre Philou à Côte-des-Neiges. C’est aussi le cas d’entreprises comme Odotech qui a reçu des subventions et des prêts pour développer certains projets.
Je ne pourrais pas dire combien ont été couronnés de succès et combien ont échoué. Nous gérions du capital de risque. Les promoteurs ayant échoué recommencent différemment.

Un héritage
La CDEC maintenant disparue laisse en héritage des projets qui ont été soutenus et qui aujourd’hui continuent. Elle laisse un modèle de développement basé sur l’implication citoyenne qui malheureusement ne semble plus être une priorité des pouvoirs publics.
Les nouvelles structures couvrent aujourd’hui de vastes territoires*. Quelles connaissances ou sensibilités ont les comités et les CA d’un territoire spécifique? Les projets seront adoptés suite à une analyse et recommandation d’un agent de développement. C’est la bureaucratisation du processus.

Bien sûr le modèle de la CDEC était imparfait. J’étais inquiet qu’en économie sociale, nous n’arrivions pas à investir tous les montants disponibles, année après année. Étions-nous trop restrictifs dans nos projets ? Devions-nous investir plus dans un grand projet? Nous avons finalement accumulé des surplus de trois fonds qui ont été transférés à l’administration centrale. Rien ne garantit qu’ils soient investis de nouveau sur ce territoire.

*Notes de la rédaction
1- Lors de la création de la CDEC en 1992, l’actuel conseil d’arrondissement CDN-NDG n’existait pas encore. Il découle de la fusion municipale dix ans plus tard. Il existait alors un CCA (Comité conseil d’arrondissement) pour Côte-des-Neiges et un autre pour Notre-Dame-de-Grâce.

2- La Société de développement touristique (SDT) de CDN a, au fil des ans, maintes fois invité la CDEC (plus précisément son directeur) à travailler sur ce dossier. La SDT s’est toujours heurté à une fin de non-recevoir.

3 – PME Montréal centre ville qui remplace la CDEC couvre l’arrondissement CDN-NDG mais aussi les arrondissement Ville-Marie (centre ville), Plateau Mont-Royal, Outremont et la ville de Westmount.

Lire également Allô monsieur Copeman, ici Côte-des-Neiges en rubrique Éditorial

Photo : Roger Coté

Les commentaires sont fermés.

Scroll To Top