lundi 18 juin 2018
online casinos
Dernières nouvelles / Breaking news
Vous êtes ici: Accueil » Nouvelles / News » Procès Magnotta

Procès Magnotta

Luka Rocca Magnotta a été appréhendé à Berlin le 4 juin 2012, grâce à Kadir Anlayisli, un employé du café qui a aussitôt reconnu l’homme qui était en cavale depuis 10 jours quand il est entré dans le commerce.

Au moment de son arrestation, il a été pris de symptômes de nervosité intense et a fini par avouer son identité. «Vous m’avez eu. Je suis celui que vous recherchez», a-t-il dit.

Le jury a regardé la vidéo du meurtre, ainsi qu’une douzaine de vidéos et d’autres photos trouvées dans l’ordinateur de l’accusé et dans un appareil photo que les policiers ont retrouvé dans les poubelles de l’immeuble.

Magnotta s’était filmé en train de démembrer et de mutiler sa victime, mais une autre personne dans la vidéo, non identifiée, semble avoir échappé au même sort une semaine avant.

Lors d’une entrevue avec le journaliste Alex West, du London Sun, il avait nié avoir mis en ligne la vidéo d’un tueur anonyme de chats. Mais le Britannique a reçu deux jours plus tard un courriel d’un certain John Kilbride, pouvant être attribué à Magnotta. Le courriel, daté du 10 décembre, l’avertissait que dans la prochaine vidéo, ce ne serait pas des chats qui se feront tuer, mais des humains.

Sachant que John Kilbride fut victime de tueurs en série dont l’histoire fait partie du folklore britannique, il s’est inquiété et a alerté la police.

En 19 journées d’audition, le jury a entendu 48 témoins, policiers, civils et experts, venus de Montréal, d’Ottawa, de Vancouver, de Chine et des États-Unis.

Le juge Guy Cournoyer a annoncé aux jurés le 27 octobre que la Couronne a fini de présenter sa preuve. Vendredi, ce sera au tour de Me Luc Leclair, l’avocat de l’accusé, d’appeler ses témoins.

Luka Rocco Magnotta est accusé entre autres du meurtre avec préméditation de l’étudiant chinois Jun lin le 25 mai 2012.

L’homme de 32 ans, qui souffre de schizophrénie, a reconnu tous les faits, mais plaidera la non-responsabilité criminelle pour cause d’aliénation mentale.

Le Procureur tente de prouver que Magnota avait planifié et prémédité le meurtre de Jun Lin six mois à l’avance.

Marie Cicchini | redaction@lesactualites.ca

Les commentaires sont fermés.

Scroll To Top