vendredi 17 novembre 2017
online casinos
Dernières nouvelles / Breaking news
Vous êtes ici: Accueil » Culture » Spectacles / Shows » L’unique Kim Richardson
L’unique Kim Richardson

L’unique Kim Richardson

La chanteuse Kim Richardson présentera un spectacle unique au Centre Segal où le jazz côtoiera le blues et le gospel le temps d’une seule soirée.
A touch of Jazz’n Blues, c’est un rendez-vous de plaisir avec un grand P pour la chanteuse. On l’a souvent entendue brasser la cage sur scène, mais c’est tout en douceur qu’elle entend recevoir les amateurs de musique dans une ambiance intimiste. «C’est un spectacle tout nouveau spécialement monté pour le Centre Segal», signale-t-elle en entrevue téléphonique.
Kim Richardson invite le public à se laisser transporter dans son univers musical. Celui-ci se sentira enveloppé dans un cocon feutré et pourra se laisser guider par l’interprète à la voix chaude. «Relax and enjoy it. That’s it!», invite-t-elle. Ce concert bilingue mettra en vedette certaines pièces de son plus récent album entièrement francophone, Mes Amours, comme Les uns contre les autres et Pas question d’aventure. D’autres succès du répertoire francophone s’y ajouteront, dont une pièce de Maurane et Mon homme de Misstinguett, qu’elle chantera en français et en anglais.
Kim Richardson a sélectionné des chansons qui ont marqué sa vie personnelle et professionnelle. C’est avec générosité qu’elle les introduira en racontant des anecdotes qui leur sont rattachées. «C’est l’histoire qui compte. La voix, c’est magnifique, mais une chanson commence avec les paroles et la mélodie», estime-t-elle, le sourire dans la voix.
Accompagnée du pianiste John Sadowy, du contrebassiste Bill Gossage, du batteur Richard Irwin, ainsi que du saxophoniste et flûtiste Richard Beaudet, elle interprétera également de grands succès de Billie Holiday, Ella Fitzgerald, Blossom Dearie et Anita O’Day notamment. «Il faut que ça bouge un peu dans un spectacle de 90 minutes. C’est pourquoi j’ai décidé de mélanger le blues au jazz. Les pièces de blues peuvent être tristes, mais amusantes aussi. On peut se laisser aller un peu plus», estime-t-elle.
Ce concert sera exclusif et unique, soutient-elle. C’est le public qui donnera le ton puisqu’il pourra interagir avec elle. Il y aura place à l’improvisation. «Ces styles de musique m’apportent une grande liberté. Je suis fascinée par les chanteurs d’opéra qui ont la capacité de chanter en respectant la partition. Pour moi, le jazz et le blues m’ouvrent une porte sur ma créativité», convient-elle.
À une période de sa vie où le jazz et le blues sont plus évocateurs pour elle, la récipiendaire de trois prix Juno (1986, 1987 et 1994) s’offre un cadeau en réalisant ce spectacle. «Je n’ai pas tant d’occasions de chanter du jazz. J’avais le goût d’offrir ça. Avec le temps qui passe, ça fait du bien de changer de style. C’est aussi un hommage à ma mère (chanteuse professionnelle de jazz et de blues) en même temps puisque c’est grâce à elle si j’ai découvert ce style de musique. Lorsqu’elle chante du blues, on en a la chair de poule tellement on sent l’émotion nous envahir», mentionne-t-elle.
Si ce spectacle a été conçu pour une seule représentation, l’Ontarienne d’origine espère bien qu’il pourra être la bougie d’allumage d’une nouvelle tournée.
Kim Richardson sera de passage une seule soirée pour ce spectacle, soit le 24 mars, à 20 heures, au Centre Segal des arts de la scène.

Josianne Haspeck
Photo gracieuseté

Les commentaires sont fermés.

Scroll To Top