Mardi 23 avril 2019  
Depuis JANVIER 2013, les Actualités dispose d'un nouveau site. Pour y accéder, rendez-vous sur www.lesactualites.ca

























Reconstruction de l’aréna et la piscine
La Ville donne des éclaircissements
Article mis en ligne le jeudi 22 avril
 
Photo Denis Bélanger
Les employés municipaux, les élus et les représentants de la firme d’architecte qui a conçu le plan ont répondu aux questions des contribuables.
Les citoyens de Westmount en savent maintenant un peu plus sur le projet de reconstruction des installations sportives de la rue Sainte-Catherine, grâce à la tenue de deux séances publiques d’information les 18 et 21 avril au Victoria Hall.

La municipalité estime que chaque famille paiera 13 $ par tranche de 1 million de dollars que la Ville investira elle-même.

« Nous ne pouvons pas donner plus d’information pour l’instant. Tout dépendra du montant de subvention que nous obtiendrons. Nous entendons bien sûr explorer toutes les avenues possibles », a déclaré la mairesse de Westmount, Karin Marks.

« Ce n’est pas seulement un coût, c’est un investissement pour le futur de notre communauté. Si nous n’avons pas d’installations pour attirer les familles ici, cela aura un impact sur la collectivité. Quand quelqu'un cherche une demeure, il regarde les services qui sont offerts dans les alentours. Une belle installation sportive ajoutera aussi de la valeur à chaque maison. »

Le projet retenu par les élus contient deux patinoires, dont l’une aux dimensions de la Ligue nationale de hockey, ainsi que deux piscines extérieures, un centre pour adolescents, une boutique professionnelle et des locaux administratifs.

Des économies de ressources et moins de circulation
Rappelons qu’à la séance du conseil en avril, les élus affirmaient que le projet coûterait 30 millions de dollars au lieu de 25 millions. Cette augmentation des coûts s’explique par l’ajout d’une aire de stationnement souterraine et de nouvelles caractéristiques s’inscrivant dans le principe de développement durable. Ces dernières devraient permettre au futur bâtiment d’obtenir une reconnaissance LEED (Leadership in Energy and Environmental Design) de niveau argent. Au départ, on visait plutôt la norme LEED certifiée, qui est moins élevée.

Le gestionnaire du projet, Bruce Saint-Louis a expliqué que la certification argent donnait plus de possibilités à la Ville en ce qui concerne le financement. « Il y a des sommes intéressantes disponibles pour ce type de construction, notamment le fond vert municipal qui est géré par la Fédération canadienne des municipalités. Toutefois, la Fédération ne prend même pas la peine d’étudier notre dossier si nous ne visons que le niveau certifié. Le niveau argent est un minimum pour l’obtention des subventions. »

Du côté des caractéristiques environnementales elles-mêmes, Lise Tremblay de la firme d’architecte Lemay et Associés a expliqué qu’elles permettront une économie d’eau potable de 40 %, comparativement à la consommation d’un édifice construit selon les normes habituelles. « Le centre récréatif sera doté d’un système de captation des eaux pluviales. Pour les toilettes, nous utiliserons justement des eaux pluviales, a précisé Mme Tremblay. La fenestration et la disposition des différentes pièces nous permettront de maximiser l’usage de l’éclairage naturel. Tout cela et d’autres modalités entraîneront une réduction des coûts d’énergie de l’ordre de 25 %. »

La municipalité a révélé que le bâtiment ne contiendrait pas de système d’énergie géothermique. Ce type de production d’énergie est pourtant couramment utilisé dans les constructions qui visent la reconnaissance LEED. « Nous avons un espace trop petit pour la géothermie. Cela aurait pu influer sur la température de l’eau. Nous avons renoncé à cette avenue pour des fins d’efficacité », a expliqué la conseillère Cynthia Lulham.

Quant au stationnement souterrain intérieur, lequel pourra contenir 90 voitures, son ajout permettra de diminuer considérablement les embouteillages dans le secteur. « Notre but était de s’assurer qu’aucune voiture ne puisse se stationner devant l’édifice, a souligné Bruce St-Louis. De plus, nous organiserons les horaires des parties de hockey de façon à ce qu’il y ait moins de gens qui viennent et partent en même temps. Auparavant, il y avait plusieurs parties qui débutaient à la même heure. Le centre récréatif contiendra également trois points de débarquement, ce qui évitera les embouteillages. »

Les gens désirant accéder au site récréatif pourront également se stationner à deux autres endroits : derrière l’école Westmount Park et sur le lot situé derrière le 4670, rue Sainte-Catherine. Ces deux aires contiendront respectivement 13 et 49 cases de stationnement.

Pourquoi pas une piscine intérieure?
Plusieurs citoyens ont partagé leur déception du fait que le projet ne proposait pas la construction d’une piscine intérieure. Selon les contribuables de Westmount, cette avenue aurait été plus profitable puisque l’installation serait utilisée à longueur d’année.

« C’est un bon projet. Nous avons grand besoin d’une nouvelle piscine et d’un nouvel aréna. Je conviens que la municipalité fait tous les efforts nécessaires pour nous consulter dans le processus. Je souhaite néanmoins que le conseil reconsidère l’option de construire une piscine intérieure. Évidemment, l’autre piscine devrait rester à l’extérieur », a commenté Maureen Kiley.

Le citoyen Patrick Barnhart a mis en doute les estimations du coût global du projet émises par la municipalité. « Bien avant que vous ajoutiez le stationnement souterrain et les autres caractéristiques vertes, j’avais estimé que le projet coûterait 30 millions. Maintenant, j’entrevois que cela pourrait bien nécessiter un investissement de 40 millions. »

Les espoirs des citoyens de voir la construction d’une piscine intérieure semblent minces si l’on se fie aux propos de Karin Marks. « Nous avons oublié cette idée puisque le site aurait été trop surchargé. De plus, une telle installation ferait grimper les coûts de construction et d’opération, sans compter que l’achalandage augmenterait aussi considérablement. Les piscines intérieures coûtent cher. »

Pas avant 2010
Si le projet reçoit l’aval des citoyens, la construction du nouveau site récréatif ne commencera pas avant janvier 2010. « Nous aimerions que le tout commence très tôt l’an prochain. La réalisation du projet devrait durer au total 16 mois. Certaines parties seront complétées pendant ce temps-là. Nous pourrons ainsi mettre de l’avant quelques nouveaux programmes bien avant la fin des 16 mois. »

Pour l’instant, la prochaine étape consistera à organiser une troisième séance d’information qui devrait avoir lieu au mois de mai. À la suite de cette réunion, la firme Ipsos-Décarie sondera 800 personnes de Westmount. Les résultats du sondage influenceront les prochaines actions de la municipalité dans ce dossier.

[ Denis Bélanger ]





Accueil | Westmount | Côte-des-neiges Notre-Dame-de-Grâce | Annuaire
Copyright © Tout droits réservés 2007. www.lesactualites.ca