Vendredi 19 avril 2019  
Depuis JANVIER 2013, les Actualités dispose d'un nouveau site. Pour y accéder, rendez-vous sur www.lesactualites.ca

























Dépôt du budget 2009 de la Ville de Montréal
Les villes reconstituées sont outrées
Article mis en ligne le jeudi 11 décembre 2008
Le dépôt du budget de Montréal pour l’année 2009 a soulevé l’ire des maires des 15 villes reconstituées de l’agglomération. Avec à leur tête la mairesse de Westmount, Karin Marks, ils se sont dits outrés que les principes de la loi 22 n’aient pas été respectés. Selon cette entente signée en juin dernier, les municipalités défusionnées devaient voir leur contribution au financement de l’agglomération de Montréal réduite substantiellement ce que leur a refusé le maire Gérald Tremblay.
« Nous étions vraiment fâchés parce que nous avons signé cette attente de bonne foi, a expliqué la mairesse de Karin Marks quelques jours après le dépôt du budget de la Ville de Montréal. Nous pensions que tout le monde était de bonne foi.» « Avec la loi 22, c’était très clair qu’on allait diminuer les responsabilités des villes reconstituées dans l’agglomération. Pour s’assurer que le fardeau ne retombe pas sur le dos des Montréalais, le gouvernement du Québec a donné un chèque directement à Montréal pour compenser. Alors, Montréal a eu son argent et c’était maintenant le temps de passer les épargnes à nos résidents et ça n’a pas été fait. Monsieur Tremblay dit qu’il avait besoin de l’argent pour le transport en commun, pour le fonds de l’eau. C’est vrai, mais il pouvait diminuer d’autres aspects du budget. Quand je regarde ça, il y a toutes sortes d’endroits où on a décidé de dépenser de l’argent, mais ce sont des choix qui ont été faits. Les budgets sont toujours une question de choix. »
Le budget de la Ville de Montréal aura donc un effet sur celui de Westmount, bien qu’il soit moins significatif que ce à quoi on aurait pu s’attendre. En effet, l’administration de la municipalité a fait preuve de prudence. « Quand on a fait le budget de la Ville, on n’a pas vraiment pris en considération les effets de la loi 22 parce qu’on n’avait pas encore vu le budget de la Ville de Montréal, il n’avait pas été encore déposé. On a fait notre budget sur un worst case scenario », raconte Karin Marks.
Il est toutefois peu probable que le compte de taxes des résidents de Westmount soit revu à la baisse cette année. « Au mois de juin, après qu’on ait signé cette entente [la loi 22], j’étais très heureuse. Je suis venue au conseil et j’ai dit publiquement que je croyais que nous pourrions diminuer le compte de taxes des résidents de Westmount parce que cette entente nous rapporterait entre 2,5 et 3 millions, même un peu plus. Cet argent, nous ne l’avons pas maintenant », se désole la mairesse.
Elle affirme qu’elle n’est pas prête à baisser les bras devant Montréal et qu’elle compte bien faire pression sur le gouvernement provincial afin que la situation change. « Nous n’avons aucun contrôle sur la bonne volonté de Monsieur Tremblay, mais le problème c’est que le gouvernement non plus. Il ne se moque pas seulement de nous, il se moque du gouvernement du Québec aussi. […] Il va falloir discuter avec le gouvernement du Québec pour voir s’il n’y a pas de moyens pour vraiment contrôler Montréal. Il va falloir voir s’il y a une possibilité d’arrêter une agglomération ou de trouver d’autres façons de faire, mais on ne peut pas travailler avec des partenaires si on ne sent pas qu’il y a un lien de confiance. De notre côté, cette confiance s’émousse de plus en plus », avoue-t-elle.
Cette situation est de bien mauvais augure pour les relations futures entre la Ville de Montréal et les villes reconstituées. « C’est certain que la confiance envers la Ville de Montréal fait de plus en plus défaut maintenant, admet Karin Marks. Nous avons toujours dit que la région de Montréal devait travailler comme une métropole, mais nous ne pourrons pas le faire, nous ne pourrons pas appuyer Monsieur Tremblay si nous n’avons pas la certitude qu’il agit comme le président de l’agglomération. Il agit plutôt comme le maire de Montréal et si les décisions qu’il prend ont un impact négatif sur les autres habitants de l’île, ça ne semble pas du tout le gêner. »
[ Ariane Lafrenière ]




Accueil | Westmount | Côte-des-neiges Notre-Dame-de-Grâce | Annuaire
Copyright © Tout droits réservés 2007. www.lesactualites.ca