Lundi 17 juin 2019  
Depuis JANVIER 2013, les Actualités dispose d'un nouveau site. Pour y accéder, rendez-vous sur www.lesactualites.ca

























Dans Westmount—Ville-Marie
Les candidats revoient leur plan de match
Article mis en ligne le jeudi 2 octobre 2008
Le déclenchement des élections générales est venu changer la donne pour les candidats de Westmount—Ville-Marie et les membres de leur équipe, officiellement en campagne électorale depuis l’été. En plus d’accumuler un nombre considérable d’heures supplémentaires, les aspirants députés doivent composer avec de nouvelles variables étant donné que la formation d’un gouvernement est maintenant l’enjeu principal. Les candidats ne craignent pas d’être freinés par l’épuisement et tirent des avantages de ces 35 jours additionnels de campagne.

Guy Dufort
Le candidat conservateur Guy Dufort admet qu’il se souciait de l’état de ses troupes au moment où son chef a dissous la Chambre des communes. « Nous avons donné à nos bénévoles deux journées de congé additionnelles pour leur permettre de se reposer et continuer par la suite la campagne en force. Cette générale nous permet de faire davantage de porte-à-porte. Avant la dissolution de la Chambre, nous avions rencontré 7 000 ménages, il nous restait encore plus de 50 000 portes à faire. Nous avons donc le temps de les faire », dit M. Dufort qui a commencé sa campagne en mars.
Guy Dufort assure que le discours qu’il sert aux électeurs n’a pas changé. Il met surtout de l’avant ses principaux chevaux de bataille. Devant la possibilité de la formation d’un gouvernement conservateur majoritaire, il refuse de se servir de l’argument classique qu’une circonscription avec un élu issu du parti au pouvoir obtiendrait davantage de gains. « Toutefois, des gens que j’ai rencontrés affirment qu’il est temps que Westmount—Ville-Westmount élise un représentant du pouvoir. »
M. Dufort ajoute que cette longue campagne aura été bénéfique pour sa condition physique. « C’est certain que c’est un marathon plus long que prévu. Je verrai le lendemain de l’élection si je suis fatigué ou non. Mon médecin est toutefois bien content. Je marche de 4 à 6 heures par jour et j’ai perdu 17 livres. Ma pression revient également à la normale. »

Marc Garneau
Marc Garneau est en mode électoral depuis l’automne 2007 où il avait annoncé son intention de représenter le Parti libéral du Canada dans Westmount—Ville-Marie. Il ne craint pas de manquer de souffle d’ici le 14 octobre, bien au contraire. « Je dois mentionner que j’ai fait campagne à temps partiel pendant plusieurs mois avant de m’y engager à temps plein cet été, commente l’ancien astronaute. J’ai de plus une bonne endurance. »
Comme bien d’autres gens, Marc Garneau voyait venir ces élections générales. Il a pris ces précautions pour éviter des pépins sur le point de vue de la logistique. « Nous avons pris des arrangements avec le propriétaire du local et les fournisseurs de matériels avant que notre campagne ne soit prolongée. »
Le déclenchement des élections générales a même permis à Marc Garneau d’augmenter ses troupes. « Nous avons de nouvelles personnes dans notre équipe de bénévoles grâce au retour à l’Université des étudiants et à la fin des vacances. Nous allons pouvoir travailler encore plus fort. »
M. Garneau a aussi modifié son plan d’action en conséquence. « Avec les élections générales, il y a maintenant des enjeux nationaux à mettre de l’avant. Je refuse toutefois de vendre ma campagne sur le dos d’une perspective d’un gouvernement conservateur majoritaire. Je ne m’attarde pas trop non plus aux théories stipulant que mes chances de gagner augmentent ou non dans le cadre d’une élection générale. Nous ne sommes sûrs de rien et ce sont les électeurs qui vont décider. »

Claude William Genest
Le représentant du Parti vert, Claude William Genest, prétend que le déclenchement des élections générales est venu le désavantager au niveau des effectifs. Il se sent très seul maintenant dans cette campagne. « Avec la partielle, j’avais un budget et une équipe de taille intéressante. Vu que le parti a maintenant des représentants dans toutes les circonscriptions du pays, les ressources sont plus limitées, souligne M. Genest qui travaille sur le terrain depuis le printemps. J’ai des gens qui m’aident, mais ils se comptent quasiment sur mes doigts. »
La charge de travail de Claude William Genest s’alourdit également en raison de ses fonctions de leader adjoint du parti qui l’obligent à faire plus de représentations que d’autres candidats. Il estime que cette donnée lui confère un avantage sur ces autres rivaux dans Westmount—Ville-Marie n’ont pas. « Une campagne électorale se joue de 70 à 90 % au niveau national, puisque la couverture médiatique est concentrée sur les chefs de partis. En tant que leader adjoint des verts, j’ai une plus grande couverture médiatique que Marc Garneau et Anne Lagacé Dowson qui sont dans l’ombre de Stéphane Dion et Jack Layton. »
M. Genest garantit qu’il tiendra le fort grâce à l’adrénaline et croit en ses chances de l’emporter. « Je suis fatigué, j’ai des attaques de panique, mais je m’amuse, lance-t-il sur un ton moqueur. La victoire est possible, car tout peut arriver. De plus, notre chef fera entendre sa voix au débat télévisé. »

Anne Lagacé Dowson
La candidate du Nouveau Parti démocratique, Anne Lagacé Dowson, voit d’un bon œil les heures supplémentaires qu’elle doit consacrer à cette campagne. « À mon avis, il s’agit d’un avantage. Nous avons plus de temps pour rencontrer les gens et pour bien les écouter. Tout est une question de rythme. Les troupes ont pris un petit repos dernièrement pour reprendre des forces », a déclaré la journaliste de carrière qui sollicite le vote des gens depuis le début de l’été.
Cette dernière est convaincue que le vote stratégique ne viendra pas chambouler le résultat dans Westmount—Ville-Marie. Elle rejette donc du revers de la main l’hypothèse qu’elle puisse perdre au profit de Marc Garneau un bon nombre de votes de la part de gens qui donneraient leur appui aux libéraux uniquement dans le but d’éviter l’élection d’un gouvernement conservateur majoritaire. « Les gens votent pour un parti en raison des idées qu’ils véhiculent. Je dirais même que le fait que ce soit une générale augmente plutôt nos chances de l’emporter. Notre chef Jack Layton connait une belle campagne et il est le leader de parti le plus apprécié des gens de la circonscription. »
Mme Lagacé Dowson ajoute que la tournure des événements n’a aucunement miné l’esprit de ses proches qui la verront moins souvent encore pendant quelques semaines. « Mes filles sont déjà habituées à voir leur mère travailler beaucoup. Je trouve d’ailleurs cela important qu’elles et toutes les jeunes femmes voient une des leurs s’investir autant dans la société. »

Charles Larivée
Le porte-couleur du Bloc Québécois, Charles Larivée, considère qu’il est dommage que la campagne menée dans la circonscription de Westmount—Ville-Marie se fonde dans l’anonymat d’une élection générale nationale. « À l’occasion de la partielle, notre circonscription obtenait une bonne couverture médiatique. Maintenant, la course dans Westmount—Ville-Marie obtient bien moins d’attention. La décision d’annuler la partielle est bien discutable, car on vient ainsi de mettre de l’argent à la poubelle. »
Le bloquiste voit en ce prolongement de la campagne une occasion idéale de rejoindre davantage d’électeurs. « Évidemment, cela me donne le temps de bien faire les choses. J’ai bien l’intention de continuer à mettre de l’avant les enjeux locaux. Évidemment, je vais traiter de certains dossiers nationaux, mais ils ne prendront pas toute la place dans mes discours », maintient M. Larivée qui a été confirmé comme candidat à l’automne 2007.
Charles Larivée pourra aussi s’adresser davantage à une catégorie de gens qui lui tient à cœur, les étudiants. « Notre parti se préoccupe d’eux et propose des solutions intéressantes. La générale me permet donc de rencontrer plus d’étudiants que durant la partielle. »
Pour le reste de la campagne, M. Larivée continuera de compter sur l’appui de ses proches, même si ces derniers seront privés de sa présence plus de jours que prévu. « Le prolongement de la campagne ne porte pas de dur coup à ma vie familiale. Ma conjointe et les autres membres de ma famille me soutiennent et sont fiers de moi. »

[ Denis Bélanger ]




Accueil | Westmount | Côte-des-neiges Notre-Dame-de-Grâce | Annuaire
Copyright © Tout droits réservés 2007. www.lesactualites.ca