Lundi 17 juin 2019  
Depuis JANVIER 2013, les Actualités dispose d'un nouveau site. Pour y accéder, rendez-vous sur www.lesactualites.ca

























Charles Larivée, candidat du Bloc québécois dans Westmount–Ville-Marie
Un souffle de jeunesse
Article mis en ligne le jeudi 4 septembre 2008
 
Photo Courtoisie
Charles Larivée
Alors que la tenue d’élections générales à l’automne se fait de plus en plus certaine, les candidats qui se présentent dans la circonscription de Westmount-Ville-Marie continuent, tant bien que mal, leur campagne pour les élections partielles du 8 septembre. Parmi eux, le jeune candidat bloquiste Charles Larivée compte bien améliorer la performance de son parti dans Westmount–Ville-Marie.
Malgré son jeune âge (il sort à peine de l’université), le candidat du Bloc québécois a plusieurs années de militantisme derrière lui. « J’ai commencé à m’impliquer au sein du parti au cégep », mentionne celui qui a été président du comité souverainiste de l’Université McGill. Étudiant en science politique, il a également été président de l’association des étudiants de ce domaine en 2007 et 2008.
À l’autre bout de la ligne, il explique pourquoi il a choisi de faire son saut officiel en politique, « j’avais envie de plus m’impliquer dans la circonscription ». « Je la connais bien. J’y ai vécu, j’y ai étudié, j’y travaille en ce moment », ajoute-t-il. Cette connaissance de la circonscription est son principal avantage selon lui. « La circonscription est assez grande et diversifiée ce qui fait qu’il y a un paquet d’enjeux locaux. »
Parmi eux, certains ressortent plus que d’autres comme la pauvreté. « L’itinérance est vraiment un problème dans la circonscription », affirme-t-il. « C’est évident que moi, si je suis élu député, je vais mettre beaucoup de pression pour qu’on combatte l’itinérance et pour qu’on construise plus de logements sociaux en allant chercher les surplus de la Société canadienne d’hypothèque et de logement qui grimpent à huit milliards de dollars et qui sont inutilisés. » Par la suite, ces fonds seraient transférés à Québec pour des projets de construction de logements sociaux dans Westmount–Ville-Marie.
À différentes reprises, certains ont douté de la pertinence de la présence d’un parti souverainiste au Parlement canadien. Pour Charles Larivée la réponse est simple, le Bloc québécois est le seul parti apte à représenter les intérêts des Québécois. Par exemple, « en ce qui a trait à l’environnement, on a une présence à la Chambre des Communes lorsqu’il s’agit de présenter des motions et des projets de loi sur l’environnement, pour présenter une vision de l’environnement qui est particulièrement québécoise », mentionne-t-il.
S’il espère toucher toutes les couches de la population de Westmount–Ville-Marie, Charles Larivée souhaite entre autres rejoindre les étudiants. « C’est surtout aller chercher les jeunes pour augmenter le vote des jeunes lors des élections. Ils sont l’avenir. […] Il faut préparer la relève maintenant, il faut les intéresser à la politique. Ils le sont souvent déjà, mais ils sont peut-être désabusés un peu des politiciens. On essaie de leur présenter une vision différente. J’essaie de me présenter comme une personne qui va faire de la politique de façon différente et qui va les représenter adéquatement. Ça, ça vaut aussi pour tous les autres résidants. »
En ce sens, il met de l’avant l’importance des transferts fédéraux en éducation postsecondaire. « Ce problème-là n’est pas réglé », précise celui qui croit qu’une telle mesure est nécessaire pour avoir des infrastructures de qualité.
Bien qu’il travaille à plein temps, le candidat bloquiste occupe ses moments libres à aller à la rencontre des électeurs. Si sa campagne s’est faite plutôt discrète jusqu’à maintenant, Charles Larivée croit tout de même qu’il est suffisamment présent, comme il l’est inscrit sur ses pancartes. « Le travail de terrain n’est pas nécessairement visible dans les médias », explique-t-il.
Pour l’instant, il fait du porte-à-porte et participe à des événements dans la circonscription. Selon lui, le plus dur est à venir. « Faire sortir le vote c’est le plus difficile. C’est aussi de s’assurer que les gens sont au courant que nous sommes en élection et qu’ils connaissent les enjeux. »

[ Ariane Lafrenière ]




Accueil | Westmount | Côte-des-neiges Notre-Dame-de-Grâce | Annuaire
Copyright © Tout droits réservés 2007. www.lesactualites.ca