Vendredi 24 mai 2019  
Depuis JANVIER 2013, les Actualités dispose d'un nouveau site. Pour y accéder, rendez-vous sur www.lesactualites.ca

























Création d’un groupe de médecine de famille
La Clinique Reine Élizabeth reprend de son importance
Article mis en ligne le mercredi 12 mars 2008
 
Photo Ariane Lafrenière
Le Dr Mark Roper, médecin en charge du Groupe de médecine de famille du Reine Élizabeth.
Un nouveau Groupe de médecine de famille (GMF) a été créé pour mieux desservir la population de l’ouest de Montréal. Le GMF Reine Élizabeth résulte de la fusion de la Clinique de soins d’urgence Reine Élizabeth, la Clinique Médical Vendôme, la Clinique de médicine familiale du Centre universitaire de santé McGill qui sont à NDG et des cliniques Roper et Hillside toutes deux situées dans Westmount. C’est l’annonce qu’ont faite le député de NDG, Russell Copeman, et le Dr. Mark Roper, directeur des soins de première ligne du département de médecine familiale du CUSM et médecin en charge du GMF Reine Élizabeth, le 27 février dernier. Le ministère de la Santé et des Services sociaux définit les groupes de médecine familiale comme une organisation composée de médecins de famille qui travaillent en groupe et en étroite collaboration avec des infirmières.
« C’est une innovation qui existe depuis à peu près 5 ans dont le but est d’améliorer l’accès pour les patients au service de première ligne », explique Russell Copeman. Le Dr Mark Roper précise que « c’est une alternative intéressante pour la population en général, à la place d’aller à l’hôpital et d’attendre longtemps pour se faire soigner ». Le GMF Reine Élizabeth ne peut accueillir des patients atteints de traumatismes graves, toutefois c’est la solution idéale « si vous avez un orteil que vous croyez qui est brisé ou un mauvais rhume, vous pouvez venir ici au lieu d’aller à l’urgence », ajoute-t-il.
La mairesse Karin Marks estime qu’une telle initiative est cruciale pour les résidants de Westmount. « C’est la proximité surtout qui est importante et aussi d’avoir accès à un médecin rapidement. On sait que beaucoup de patients vont dans les hôpitaux pour des petites urgences comme des bronchites qui ne sont pas de graves traumatismes. Il faut avoir un endroit pour se faire servir dans délais beaucoup moindres que dans les hôpitaux. » Elle parle par expérience personnelle puisque la mairesse de Westmount a dû avoir recours au service de la Clinique Reine Élizabeth il y a à peine quelques semaines. « Je suis venue pour une bronchite et en vingt minutes quelqu’un m’avait examinée. Je n’avais jamais vu ça ! », s’exclame-t-elle.
L’actuelle Clinique de soins Reine Élizabeth est née des cendres de l’hôpital du même nom qui a fermé ses portes en 1996, ce qui avait soulevé l’ire de plusieurs résidants et élus de l’ouest de l’île. Malgré des débuts difficiles, la clinique accueille maintenant environ 400 patients chaque semaine. « On souhaite que 15 000 Montréalais s’inscrivent à ce GMF », affirme le député Russell Copeman.
L’implantation des GMF a débuté un peu partout au Québec en 2001, dans la foulée d’un rapport de la Commission d’étude sur les services de santé et les services sociaux, le rapport Clair. Celui-ci recommandait entre autres que « le volet médical du réseau de première ligne soit assumé par des groupes de médecine de famille, composés de médecins omnipraticiens travaillant en groupe, en cabinet ou en CLSC, avec la collaboration d’infirmières » et que l’inscription d’un citoyen à un GMF se fasse sur une base volontaire.
En août 2002, le ministère de la Santé et des Services sociaux souhaitait la création de 300 GMF au cours des cinq années suivantes. Le député Russell Copeman a affirmé qu’il en existe actuellement environ 150, soit la moitié du nombre projeté.

[ Ariane Lafrenière ]




Accueil | Westmount | Côte-des-neiges Notre-Dame-de-Grâce | Annuaire
Copyright © Tout droits réservés 2007. www.lesactualites.ca