Mercredi 22 mai 2019  
Depuis JANVIER 2013, les Actualités dispose d'un nouveau site. Pour y accéder, rendez-vous sur www.lesactualites.ca

























LES NOUVELLES

Création d’un Commissariat national à l’enfance
Le Canada pourrait mieux protéger ses jeunes citoyens
Article mis en ligne le jeudi 18 juin
 
Photo Archives Les Actualités
Marc Garneau presse le Canada d’agir dans le dossier des droits humains fondamentaux, particulièrement ceux des enfants.
Il est temps que le Canada crée un poste de commissaire à l’enfance pour s’assurer que leurs droits sont protégés, soutient Marc Garneau. Le député libéral de Westmount-Ville-Marie a déposé son premier projet d’initiative parlementaire à Ottawa le 11 juin dernier, avec l’appui d’UNICEF Canada et de la Société canadienne de pédiatrie.
Le Canada a ratifié la Convention relative aux droits de l’enfant des Nations Unies en 1991. Le pays s’est alors engagé à protéger la jeunesse et veiller à son développement.
Près de 20 ans plus tard, la mise en œuvre de la Convention au Canada « fait défaut », selon les conclusions du Comité sénatorial permanent des droits de la personne, dans un rapport daté d’avril 2007. Pour responsabiliser le gouvernement et protéger les jeunes, le comité recommandait la création d’un Commissariat aux enfants.
« Il ne s’agit pas d’un nouveau sujet. Il y a eu des efforts dans le passé afin de créer des secrétaires parlementaires qui avaient une responsabilité pour la jeunesse, mais je crois qu’il faut créer un poste qui a une certaine indépendance du gouvernement pour nous donner l’heure juste », explique Marc Garneau.
L’ancien astronaute, plus habitué à défendre la recherche scientifique, a été convaincu de soutenir ce projet par une résidente de son comté, Ginette Sauvé-Frankel. « C’est venu me chercher », souligne-t-il.



Un règlement de zonage remodelé
Article mis en ligne le jeudi 21 mai
 
Photo Denis Bélanger
Les conseillers Cynthia Lulham, George Bowser et Nicole Forbes entourent la mairesse Karin Marks.
La Ville de Westmount ajuste son tir. Les élus ont décidé d’adopter un tout nouveau règlement de modification de zonage qui resserra les normes relatives à la construction des maisons dans le secteur R1, lequel comporte une partie de l’artère Boulevard.
À la séance du conseil en mars dernier, on avait adopté le premier projet de règlement 1382 qui portait sur le rapport de superficie de plancher, les espaces découverts et les constructions souterraines dans les cours latérales. Toutefois, quelques semaines après l’adoption, des citoyens se sont opposés à certaines dispositions du projet de règlement lors d’une séance de consultation publique. Les nombreux commentaires émis ont incité les élus à revenir à la table à dessin et à élaborer un nouveau règlement, qui touche toutefois les mêmes points que le précédent.
« La consultation publique a été très productive, puisque nous avons eu de bonnes suggestions. Notre but était et demeure de s’attarder au problème des maisons trop volumineuses. Il n’y a pas de recette parfaite pour contrer cela, d’autant plus que plusieurs terrains sont situés sur des pentes. Nous sommes allés vers une formule plus appropriée », a expliqué la conseillère Cynthia Lulham.



Westmount surveille l’affaire Zampino
Article mis en ligne le jeudi 21 mai
Le conseil municipal entend suivre attentivement les développements du dossier houleux concernant l’octroi d’un contrat de 355 millions $ au consortium GéniEAU par la Ville de Montréal.
D’une part, rappelons que bien des observateurs et acteurs du milieu municipal ont été troublés lorsqu’ils ont appris que Frank Zampino, ancien président du comité exécutif de Montréal, était possiblement intervenu en faveur du consortium. Dans une entrevue accordée à la chaîne de télévision TVA, M. Zampino a nié s’être interposé dans l’octroi du contrat, même s’il a reconnu avoir commis « une erreur grave » en séjournant sur le yacht de Tony Accurso. M. Zampino a été embauché par l’une des composantes du consortium peu de temps après l’octroi du contrat.
La mairesse Karin Marks a déclaré lors de la dernière séance du conseil qu’une réunion spéciale portant sur la question des compteurs d’eau avait eu lieu pour tous les maires du conseil d’agglomération. Mme Marks s’est toutefois dite insatisfaite de la rencontre, soutenant que plusieurs de ses questions sont demeurées sans réponse.
« Le maire Tremblay a tenu une rencontre ouverte aux citoyens de Montréal pour répondre à leur question. Nous souhaitions que la réunion du conseil d’agglomération soit également ouverte aux résidants des autres villes, puisque nos citoyens paient collectivement 20 % de la facture de l’eau. Cette requête nous a été refusée. Durant la rencontre, on a eu droit à des explications techniques de la part des fonctionnaires. Nous n’avons pas pu obtenir des renseignements plus précis puisqu’aucun représentant politique de la Ville Montréal n’était présent. »
Karin Marks souhaite que des mesures légales soient prises pour éviter que des situations aussi troublantes ne se reproduisent. « Nous devrions adopter une politique qui préciserait où et quand un individu peut aller travailler. Si vous travaillez pour une municipalité et que vous venez d’octroyer un contrat, vous devriez attendre un certain temps avant d’aller travailler pour cette compagnie. Je tiens à vous souligner que les autres maires de l’agglomération et moi avions voté contre l’octroi du contrat. »
[ Denis Bélanger ]



Marks reste silencieuse sur son avenir
Article mis en ligne le jeudi 22 avril
 
Photo Archives Les Actualiés
Le doute plane quant aux intentions de la mairesse Karin Marks en vue des élections municipales du 1er novembre prochain.
Si dans plusieurs municipalités de l’île de Montréal on connaît déjà les intentions des maires en ce qui concerne les prochaines élections municipales en novembre, c’est tout le contraire à Westmount. On ignore encore ce que réserve l’avenir pour la mairesse actuelle, Karin Marks.
Les Actualités ont profité de sa présence à la séance d’information sur le projet de renouvellement des infrastructures pour lui demander ses intentions en vue du prochain scrutin municipal. Mme Marks s’est faite avare de commentaires. Elle refuse de regarder trop loin en avant. « Il n’y a pas de décision prise, je suis très préoccupée par mon mandat actuel, a-t-elle répondu. Il est encore beaucoup trop tôt pour planifier les élections, car j’ai encore beaucoup à faire. »
La mairesse met beaucoup d’énergie actuellement sur le projet de renouvellement de la piscine et de l’aréna. Son hésitation à vouloir partager ses intentions pourrait-elle nuire au projet dans la mesure où ce serait quelqu’un d’autre qui en assurerait la continuité? La question mérite d’être posée, en regard des divers projets annulés ou reportés à cause d’un changement de pouvoir par le passé. Mme Marks n’éprouve aucune crainte à cet effet. « J’espère pouvoir faire ce qu’il faudra durant ce mandat pour assurer qu’il y ait un projet comme celui-là. »

[ Denis Bélanger ]



Reconstruction de l’aréna et la piscine
La Ville donne des éclaircissements
Article mis en ligne le jeudi 22 avril
 
Photo Denis Bélanger
Les employés municipaux, les élus et les représentants de la firme d’architecte qui a conçu le plan ont répondu aux questions des contribuables.
Les citoyens de Westmount en savent maintenant un peu plus sur le projet de reconstruction des installations sportives de la rue Sainte-Catherine, grâce à la tenue de deux séances publiques d’information les 18 et 21 avril au Victoria Hall.

La municipalité estime que chaque famille paiera 13 $ par tranche de 1 million de dollars que la Ville investira elle-même.

« Nous ne pouvons pas donner plus d’information pour l’instant. Tout dépendra du montant de subvention que nous obtiendrons. Nous entendons bien sûr explorer toutes les avenues possibles », a déclaré la mairesse de Westmount, Karin Marks.

« Ce n’est pas seulement un coût, c’est un investissement pour le futur de notre communauté. Si nous n’avons pas d’installations pour attirer les familles ici, cela aura un impact sur la collectivité. Quand quelqu'un cherche une demeure, il regarde les services qui sont offerts dans les alentours. Une belle installation sportive ajoutera aussi de la valeur à chaque maison. »



Trekking sur l’Everest
Article mis en ligne le jeudi 22 avril
 
Photo Courtoisie
Claude Chevalier partira en expédition sur l’Everest pour la fondation Fais-un-vœu.
Claude Chevalier n’a pas froid aux yeux. Le 10 mai prochain, il quittera le village de Lukla, au Népal, pour entreprendre une expédition de 14 jours vers le camp de base du mont Everest, à 5380 m d’altitude. Il se joint à 26 autres grimpeurs afin de récolter 200 000 $ au bénéfice de la fondation Fais-un-vœu Québec, qui permet aux enfants atteints de maladies graves de réaliser un souhait.
« L’Everest a quelque chose de particulier, de mystique. On parle toujours de cette montagne comme d’un très grand défi », explique M. Chevalier, qui réside dans Westmount depuis 25 ans.
À 66 ans, le moins que l’on puisse dire c’est qu’il marche d’un pied léger. Il est adepte de natation, d’équitation et n’en est pas à sa première ascension d’une montagne. En 2007, il a gravi le mont Kilimandjaro, en Tanzanie, au profit de Fais-Un-Vœu. Il était alors accompagné de son fils de 27 ans.
Cette fois, il relèvera le défi seul, car son fils et sa fille tiendront le gouvernail de l’entreprise familiale, Bio-K + International, pendant son absence. Il prévoit amasser 7000 $ pour la fondation.



Quatre citoyens honorés
Article mis en ligne le jeudi 9 avril
 
Photo Denis Bélanger
Florence Richler (épouse de M. Richler), Nicholas Kasirer (petit-fils de M. Heeney), Alex Hamilton (petit-neveu de M. Jackson) Catherine Kasirer (petite-fille de M. Heeney) et Charles Scriver (fils de Mme Scriver).
La Ville de Westmount a ajouté quatre noms à sa liste honorifique, laquelle rend hommage à titre posthume aux Westmountais qui se sont démarqués dans leur champ de connaissance respectif. On a souligné cette année les nombreuses contributions de l’avocat Arnold Danford Patrick Heeney (1902-1970), de l’artiste Alexander Young Jackson (1882-1974), du romancier Mordecai Richler (1931-2001) ainsi que de la pédiatre Jessie Boyd Scriver (1894-2000).
L’intronisation des quatre citoyens à la liste honorifique a été officialisée cette semaine au Victoria Hall à l’occasion d’un vin d’honneur où étaient présents des membres de leur famille. C’est le résidant de Westmount et le président de l’Agence mondiale d’antidopage, Dick Pound, qui a joué les maîtres de cérémonie. « Étant donné qu’on n’avait plus de budget pour organiser cette fête, on a dû me demander d’assumer le rôle de présentateur », a lancé à la blague M. Pound en levée de rideau.
La mairesse Karin Marks était aussi de la partie. « Je remercie tout le monde qui a participé à l’organisation de cette soirée. Je dois un merci spécial aux proches des gens honorés qui ont bien voulu prêter des souvenirs afin qu’on puisse les exposer ce soir. Les quatre nouveaux membres de la liste ont su se démarquer de manière incroyable. »



Échangeur Turcot
Article mis en ligne le jeudi 9 avril 2009
Le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) a publié une étude d’impact environnemental sur le projet du Complexe Turcot le 24 mars dernier.
La reconstruction des quatre échangeurs du sud-ouest de Montréal, échelonnée sur sept ans, coûtera environ 1,5 milliard. Le projet prévoit aussi le rabaissement de l’autoroute Ville-Marie, entre l’échangeur Turcot et l’avenue Atwater, ainsi que la reconstruction d’une partie de l’autoroute 20.
Les documents du projet (l’étude d’impact, les avis des ministères et organismes sur le projet, les cartes) sont disponibles dans les centres de consultation et les centres de documentation de même que sur le site Internet du BAPE.
Deux séances d’information se tiendront à compter de 19 h 30, le 20 avril 2009 au Centre récréatif, culturel et sportif St-Zotique, au 75, square Sir-Georges-Étienne-Cartier à Montréal, puis le 21 avril 2009, à la salle Octogone du Buffet Il Gabbiano, au 1550, rue Lapierre à LaSalle.
La période d’information et de consultations publiques se terminera le 8 mai 2009. La Ville de Westmount a mis en ligne un forum web pour les citoyens qui désirent s’exprimer sur le sujet : www.westmount.org.

[ Les Actualités ]



Mais où est donc passé le Club de tennis?
Article mis en ligne le jeudi 12 mars
 
Photo René le Clère
Le Club de tennis Mont-Royal, situé dans NDG, compte 102 années d’existence.
L’actuel Club de tennis Mont-Royal (CTMR)/Mount Royal Tennis Club (MRTC) dans Notre-Dame-de-Grâce est en fait le prolongement du Club de tennis de la Côte-Saint-Antoine, alors situé dans Westmount, au coin de la rue Sherbrooke et de l’avenue Kensington.
Le Club fondé en 1889 était réputé pour son emplacement magnifique, au pied de « La Petite Montagne » et comptait quatre courts sur gazon – ce qui faisait la réputation du Club de tennis – et deux courts sur terre battue afin de pouvoir jouer après la pluie.
The Dominion Illustrated, dans son édition du 11 juillet 1891, publia des scènes croquées lors d’un tournoi au Club de tennis de la Côte-Saint-Antoine, avec un orchestre de quatre musiciens, dont un harpiste, à la tête protégée du soleil par un canotier.
Malheureusement, ce Club de tennis de la Côte-Saint-Antoine était situé sur un terrain loué au Domaine Monk, qui décida de le vendre en 1906 pour être morcelé en vue d’y construire des habitations.
Ainsi contraint de déménager, le Club de tennis alla s’installer à la limite ouest de Westmount, au sud de la rue Sherbrooke, entre les avenues Grey et Vendôme, dans un nouveau terrain occupé par des vergers de pommiers et des champs de foin que onze personnes payèrent 4000 dollars de l’époque.



Revitalisation de la rue Sainte-Catherine Ouest
Un projet en gestation
Article mis en ligne le jeudi 12 févrrier
Le projet de revitalisation du tronçon ouest de la rue Sainte-Catherine fait des progrès. Un nouveau regroupement, l’Association des gens d’affaires de la rue Sainte-Catherine Ouest, présentera sa candidature au Programme réussir à Montréal (PR@M) d’ici le 28 février. Le PR@M pourrait lui octroyer une subvention afin de revitaliser le secteur de la rue Sainte-Catherine Ouest, entre les rues Atwater et Greene. Cette zone comporte notamment les centres commerciaux de la Place Alexis-Nihon et du Square Westmount, ainsi que plusieurs projets de bureaux et d’immeubles résidentiels.
Le centre local de développement (CLD) Les 3 monts collabore à l’initiative, aussi appuyée par ConvertCité, une agence de valorisation urbaine, et par la Ville de Westmount. Dans la semaine du 3 février, le CLD a récolté une quarantaine de signatures de commerçants et propriétaires fonciers intéressés par le projet. Il doit cependant rallier une majorité de gens concernés avant le dépôt de la candidature auprès du PR@M, ce qui devrait être fait dans les jours à venir selon Guy Bazinet, directeur du CLD. « Si le projet est accepté, une enveloppe de 40 000 $ sera accordée par le PR@M afin de définir un plan directeur. Ce plan permettra à l’Association des gens d’affaires de se donner une vision et de savoir comment on transforme le domaine public pour le rendre plus agréable et intéressant ».




Projet du CUSM sur le site Glen
La Concertation Inter-quartiers souhaite s’imposer davantage
Article mis en ligne le jeudi 12 févrrier
 
Photo Émilie Russo
Des représentants d’organismes de NDG, Westmount et de Saint-Henri étaient sur place pour faire un portrait de la situation aux citoyens.
Alors que le projet du Centre universitaire de santé McGill va de l’avant, la Concertation Inter-quartiers (CIQ) a fait savoir aux citoyens qu’elle comptait bien continuer à faire valoir les intérêts de la communauté auprès des différentes parties qui participeront à la mise en place de ce mégahôpital. Lors d’une assemblée publique tenue le 29 janvier dernier au Centre communautaire Saint-Raymond, la CIQ a fait un portrait de la situation à l’intention des citoyens qui s’inquiètent des répercussions d’un tel projet.
La Concertation Inter-quartiers, qui regroupe des organismes communautaires de Notre-Dame-de-Grâce, de Saint-Henri et de Westmount, a profité de cette réunion pour faire l’historique et l’évolution du partenariat avec le CUSM, mais aussi pour expliquer les éléments de la présentation de la CIQ aux deux soumissionnaires. Rappelons que le CUSM et l’Agence de partenariat public-privé avaient refusé que la Concertation prenne part, même à titre d’observateur, au comité de sélection du PPP. En contrepartie, le CUSM a invité la CIQ à participer au comité architectural du projet. Pierre Gauthier, professeur au département de géographie, urbanisme et environnement de l’Université Concordia, a été nommé pour représenter la CIQ à ce comité qui doit aborder l’intégration du projet Glen à la trame urbaine environnante. De plus, la Concertation a obtenu des rencontres avec chacun des deux consortiums retenus pour répondre à l’appel de proposition lancé. C’est lors de ces entretiens que la CIQ a pu faire part de ses préoccupations et de ses suggestions aux soumissionnaires.




Reconstruction de l’échangeur Turcot
Les résidents s’inquiètent des travaux
Article mis en ligne le jeudi 12 févrrier
Les citoyens étaient nombreux à assister à la séance d’information sur le projet de reconstruction du complexe Turcot tenue par le ministère des Transports du Québec (MTQ) au Victoria Hall le 19 janvier dernier. Un projet majeur pour lequel on a octroyé un budget de 1,5 milliard de dollars.
À la suite de la présentation détaillée du projet faite par le représentant du ministère des Transports, Alain Dubé, plusieurs d’entre eux ont profité de l’occasion pour faire part de leurs préoccupations quant à ce projet dont la construction devrait débuter à la fin de l’année 2009 pour s’échelonner sur une période de sept ans.
Les résidents craignent entre autres les impacts négatifs que vont avoir les travaux sur leur qualité de vie. Plusieurs d’entre eux ont demandé aux porte-parole du MTQ si les contractants responsables de la construction du nouveau complexe Turcot seraient assujettis à des restrictions concernant leur horaire de travail. En effet, une des principales inquiétudes des résidents est qu’au cours des sept prochaines années, ils doivent supporter des travaux à toute heure du jour et de la nuit, une situation que plusieurs considèrent insoutenable et déraisonnable. À ce sujet, le MTQ a été dans l’impossibilité de les rassurer complètement sur cette question, on a toutefois garanti que les contractants seraient surveillés étroitement et que le bruit sera géré de façon « très serrée » pendant les travaux. Parmi les mesures qui seront utilisées pour minimiser le bruit, le MTQ projette l’installation de barrières sonores temporaires dans certains secteurs résidentiels.




L’ancien site du Collège Marianopolis vendu
Article mis en ligne le jeudi 27 novembre 2008
 
Photo Archives Les Actualités
Le 3880 chemin de la Côte-des-Neiges a été vendu en novembre.
C’est maintenant officiel, le bâtiment appartenant aux Prêtres de Saint-Sulpice qui est situé au 3880 chemin de la Côte-des-Neiges a été vendu. Ce site a entre autres abrité le Séminaire de philosophie avant d’accueillir pendant plusieurs années le Collège Marianopolis.
Dans un communiqué de presse émis par les Prêtres de Saint-Sulpice, on affirme que les nouveaux acquéreurs, les développeurs immobiliers Tony Miceli et Carlo Bizzotto, « se sont engagés à déposer un projet immobilier qui, non seulement, respectera les lieux, mais aussi les recommandations émises dans les différentes études faites au cours des dernières années ».
Rappelons que cette propriété de 703 000 pieds carrés avait été mise en vente en mars dernier pour assurer la sécurité financière des Prêtres de Saint-Sulpice. Faisant face à un déficit annuel de plus en plus important, la congrégation avait décidé de se départir de cette propriété qu’elle jugeait excédentaire. Elle avait alors dévoilé qu’elle demandait 45 millions de dollars pour l’acquisition du site. Selon les estimations des Prêtres de Saint-Sulpice, une telle somme leur permettrait de couvrir leurs besoins pour les cinquante prochaines années, voire plus.
La congrégation n’a pas divulgué combien elle avait obtenu pour le 3880 chemin de la Côte-des-Neiges. Toutefois, dans le communiqué de presse, le porte-parole des Prêtres de Saint-Sulpice, Jean-Pierre Morin, a affirmé que « le montant de la transaction est très près de l'évaluation municipale ».

[ Les Actualités ]



Nomination pour le député Marc Garneau
Article mis en ligne le jeudi 27 novembre 2008
Le député de Westmount–Ville-Marie fraîchement élu, Marc Garneau, a été nommé au cabinet fantôme du Parti libéral du Canada. Il sera désormais le porte-parole des libéraux en matière de sciences et de technologies.
[ Les Actualités ]



Ateliers sur le développement durable
Quelle vision veulent adopter les Westmountais?
Article mis en ligne le jeudi 30 octobre 2008
La Ville de Westmount a décidé de marquer un peu plus son engagement envers l’environnement. En effet, la municipalité entend se munir d’un énoncé de vision pour le développement durable qui l’aidera à orienter ses actions et à soutenir ses politiques dans le futur. Pour ce faire, la Ville a fait appel à ses citoyens et tient des ateliers de discussion depuis septembre afin de déterminer la vision qu’ont les Westmountais du développement durable dans leur communauté.
Joshua Wolfe, coordonnateur du développement durable à la Ville de Westmount, explique que ces ateliers sont la première étape d’un processus qui s’étalera sur plusieurs mois. « Lorsqu’une municipalité amorce des projets de développement durable, elle commence habituellement par une discussion publique pour déterminer ce que c’est le développement durable et qu’elle est la vision spécifique qui sera adoptée pour elle. » Par la suite, Joshua Wolfe fera une synthèse des propos tenus lors des ateliers pour formuler une recommandation qu’il transmettra au conseil municipal en décembre.
Lors des réunions qui se sont tenues le 16 septembre et le 16 octobre, environ 80 personnes ont participé aux discussions. Joshua Wolfe a remarqué que deux tendances se dégageaient par rapport aux énoncés de vision proposés par la Ville. « La plupart des personnes qui se sont prononcées disent qu’ils préfèrent la version numéro un. D’autres préfèrent la deuxième. » (Voir l’encadré pour le détail des propositions faites par la Ville de Westmount)
Il mentionne également que les participants aux ateliers font plus que discuter du concept de développement durable. « Bien des gens ne veulent pas seulement s’arrêter aux mots, ils veulent passer à l’action. C’est pourquoi nous avons aussi amorcé la discussion sur ce que devraient être les grands thèmes d’un plan d’action. Les gens ont été invités à donner des idées de ce que nous pourrions faire comme actions concrètes. » Deux suggestions sont ressorties du lot. Tout d’abord, Joshua Wolfe mentionne que plusieurs personnes ont souligné qu’il serait important d’adopter des politiques de développement durable en matière d’efficacité énergétique des bâtiments. Une telle mesure permettrait, par exemple, de s’assurer que les propriétaires ont cet élément en tête lorsqu’ils font des rénovations.




 
Photo Ville de Montréal
Récipiendaire dans la catégorie commerciale.

Photo Ville de Montréal
La résidence de l’avenue Mountain primée dans la catégorie résidentielle.
Deux prix émérites du patrimoine pour des bâtiments de Westmount
Article mis en ligne le jeudi 30 octobre 2008
La Ville de Westmount est reconnue pour la beauté de son patrimoine architectural. D’ailleurs, à l’occasion de la 18e édition de l’Opération patrimoine architectural de Montréal, deux bâtiments situés dans cette municipalité ont été primés. Un dans la catégorie résidentielle et l’autre dans la catégorie commerciale, industrielle ou édifice de bureaux.
La résidence westmountaise ayant été récompensée a pignon sur l’avenue Mountain et a été construite en 1868 par l’entrepreneur Daniel Wilson. « Les propriétaires ont effectué plusieurs travaux au cours des années, comme la réparation des balcons, la reconstruction des escaliers et la restauration des boiseries, tout en respectant le caractère du bâtiment », peut-on lire dans le site Internet de l’Opération patrimoine architectural de Montréal. La résidence fait également partie des cinq bâtiments choisis dans le cadre du concours La maison coup de cœur La Presse-Historia. C’est le 7 novembre prochain que la résidence gagnante sera dévoilée.
C’est le bâtiment situé au 4192, rue Sainte-Catherine Ouest qui a reçu le prix émérite du patrimoine dans la catégorie commerciale, industrielle ou édifice de bureaux. Construit en 1904, selon les plans de l’architecte E. J. Maxwell, il abrite les trésors de l’antiquaire Henrietta Antony. « Conçu initialement pour la Banque Royale du Canada, cet immeuble loge maintenant une boutique d’antiquités. Il est construit de blocs taillés en grès beige et possède plusieurs détails ornementaux sur la corniche ainsi qu’autour des portes et fenêtres. La restauration, notamment des portes et fenêtres, a été effectuée dans le respect des composantes d’origine », souligne-t-on dans le site Internet de l’Opération patrimoine architectural de Montréal.

[ Les Actualité ]



Le samedi 25 octobre
On voit la vie en vert à Westmount
Article mis en ligne le jeudi 2 octobre 2008
Le samedi 25 octobre prochain, entre 10h et 16h, les Westmountais sont invités à participer à un événement particulier, appelé La vie en vert, qui se tiendra au Victoria Hall. Il va sans dire, le développement durable est un enjeu qui tient à cœur cette communauté. C’est pourquoi les membres du projet Ville en santé (Healthy city project) ont décidé d’intégrer une thématique environnementale à cet événement, autrefois axé sur la vie communautaire et les services rendus aux citoyens. Plusieurs activités seront au menu : course aux trésors pour les enfants, une prestation des Mamies enragées (Raging grannies), ateliers de compostage et de recyclage ainsi que bien d’autres.
L’environnement au premier plan
Joshua Wolfe, coordonnateur du développement durable à la Ville de Westmount, sera sur place pour recueillir les commentaires des résidants ainsi que pour répondre à leurs questions. Quant à eux, les amateurs d’art auront droit à une exposition conçue par 16 artistes westmountais qui ont utilisé le contenu de leur bac de recyclage pour confectionner leurs œuvres. Ceux qui sont plutôt à la recherche d’information pourront assister à la conférence de Tony Moffat sur la pollution lumineuse ou encore à celle de Richard Aylett, lui-même du projet Ville en santé, sur les façons d’améliorer le rendement énergétique de sa demeure. Avec un programme aussi chargé, certains auront sans doute un petit creux. Il y aura sur place un Café vert où l’on servira un casse-croûte végétarien fait, autant que possible, à partir de produits locaux.




Obtention d’un certification environnementale
Marianopolis devient vert pour son 100e anniversaire
Article mis en ligne le mardi 17 juin 2008
 
Photo courtoisie
De gauche à droite : La professeure de biologie Michele Saumier et Louise McLellan qui tient un des vers composteurs du Collège Marianopolis.
Il n’y a pas que la Ville de Westmount qui peut se targuer de promouvoir les pratiques environnementales. Le Collège Marianopolis a récemment obtenu une certification de niveau 1 avec le programme Cégep vert du Québec, une première pour un établissement collégial anglophone dans la province.
« Nous travaillions déjà pour rendre le collège plus vert, explique Louise McLellan, directrice des services aux étudiants. C’est une professeure de biologie, Michele Saumier, qui a trouvé l’information sur Internet à propos du programme Cégep vert. Elle s’est dit que ce serait une excellente idée d’aller chercher ce genre de certification. Pour elle, c’était un outil qui allait nous encourager à faire plus d’efforts pour devenir un cégep vert. »
Afin d’atteindre le premier niveau de certification, le Collège Marianopolis a dû fonder un Comité d’action et de concertation en environnement (CACE). Ce groupe devait compter des membres de la direction, du personnel de soutien ainsi que des professeurs, des cadres et des étudiants. Ce comité est à l’origine des mesures mises sur pied par le cégep pour pouvoir atteindre le niveau de certification. Le CACE devait entre autres permettre l’élaboration d’une politique environnementale pour l’institution. Il devait également organiser des ateliers de sensibilisation et de formation concernant l’environnement.




Association municipale de Westmount
L’organisme fait un premier pas vers son bicentenaire
Article mis en ligne le jeudi 22 mai 2008
 
Photo Denis Bélanger
À gauche, Barbara Moore, récipiendaire du prix Derek Walker.
Ce sera officiel le 25 mai, Benoit Labonté, qui est présentement maire de l’arrondissement Ville-Marie, prendra la tête du parti politique Vision Montréal. En entrevue, il a expliqué sa vision de l’agglomération montréalaise qu’il conçoit « comme une ville région ».
« Je pense que les villes défusionnées devraient avoir une meilleure participation aux décisions qui touchent l’agglomération », a-t-il affirmé. « Je comprends que les défusions ont eu lieu, je comprends que ça a fini en terme de population à 87 % et 13 % », a-t-il mentionné avant d’ajouter qu’il comprenait également la frustration des maires des villes défusionnées. Contrairement à l’administration actuelle, il se dit prêt à leur accorder un plus grand rôle, mais certainement pas un rôle majoritaire.
Selon lui, un arrangement serait avantageux pour Montréal. « Si le maire [de Montréal] acceptait un aménagement pour mieux faireparticiper les villes défusionnées, imaginez la force que ça créerait lorsqu’on aurait une unité de pensée sur certains dossiers. […] Imaginez la pression politique que ça créerait en faveur de l’île de Montréal auprès du gouvernement du Québec. On changerait complètement la dynamique et là on risquerait d’aller chercher ce dont on a besoin pour Montréal », conclut-il.
Les prochaines élections municipales à Montréal se tiendront en novembre 2009, mais pour Benoit Labonté, la campagne électorale est déjà lancée.




Nouvel emplacement pour l’Hôpital Shriners pour enfants
Les Shriners déménagent
Article mis en ligne le jeudi 22 mai 2008
 
Photo Ariane Lafrenière
Véritable institution, l’Hôpital Shriners semble maintenant avoir un avenir assuré à Montréal avec la construction d’un nouvel établissement.
L’Hôpital Shriners pour enfants de Montréal a annoncé la construction d’un nouvel établissement sur le site de l’ancienne gare de triage Glen qui accueillera également le Centre universitaire de santé McGill (CUSM). Selon le président du Conseil des gouverneurs, Gary Morrison, cette décision serait considérée « comme finale et formelle » ce qui concrétise la décision prise par les délégués des Shriners en juillet 2005 pour garder le centre hospitalier à Montréal plutôt que le déménager à London, en Ontario. Ce sont les Conseils conjoints, responsables des Hôpitaux Shriners pour l’ensemble de l’Amérique du Nord, qui ont approuvé la construction du nouvel établissement.
Le Campus Glen du nouveau CUSM est à la frontière de Notre-Dame-de-Grâce et de Westmount. Il est situé au haut de l’escarpement de la rue Saint-Jacques et à proximité de la station de métro Vendôme. Le site où sera construit l’Hôpital Shriners sera adjacent à l’Hôpital de Montréal pour enfants.
Peu de détails ont été dévoilés par rapport au projet. Garry Morrison s’est contenté de mentionner que « la première étape consiste en l’évaluation des besoins actuels et futurs de nos patients et de notre personnel afin de préparer un plan de travail pour la construction ». En ce sens, il a été impossible de savoir si l’Hôpital souhaitait augmenter le nombre de lits à sa disposition.
M.Garrison a tout de même spécifié que l’Hôpital des Shriners avait « des besoins physiques à combler qui demandent plus d’espace. Il y a aussi un autre élément à prendre en compte et ce n’est pas seulement en ce qui nous concerne. Tous les prochains hôpitaux des Shriners avoisineront d’autres centres de santé pour que les enfants qui ont besoin de services médicaux à l’extérieur de nos champs d’expertise puissent avoir des soins à proximité. »
En ce qui concerne l’échéancier, Garry Morrison a expliqué que le projet n’en étant qu’à ses débuts, « tous les détails n’ont pas encore été déterminés. […] On est très au courant de l’échéancier du Centre universitaire de santé McGill. On va essayer de respecter le plus possible cet échéancier ». Pour l’instant, le CUSM en est seulement au processus de sélection d’un partenaire privé pour la construction de ses installations sur le site de la gare de triage Glen. « Ce que l’on ne veut pas, c’est arriver après que toute la construction soit faite », a tenu à préciser Garry Morrison.
Depuis 1925, l’Hôpital des Shriners pour enfants de Montréal occupe le même site sur la rue Cedar, dans l’arrondissement Ville-Marie.

[ Ariane Lafrenière]



Benoît Labonté, à la tête de Vision Montréal
Des meilleures relations à l’agglomération
Article mis en ligne le jeudi 22 mai 2008
 
Photo Ariane Lafrenière
Benoit Labonté deviendra officiellement le chef de Vision Montréal le 25 mai.
Ce sera officiel le 25 mai, Benoit Labonté, qui est présentement maire de l’arrondissement Ville-Marie, prendra la tête du parti politique Vision Montréal. En entrevue, il a expliqué sa vision de l’agglomération montréalaise qu’il conçoit « comme une ville région ».
« Je pense que les villes défusionnées devraient avoir une meilleure participation aux décisions qui touchent l’agglomération », a-t-il affirmé. « Je comprends que les défusions ont eu lieu, je comprends que ça a fini en terme de population à 87 % et 13 % », a-t-il mentionné avant d’ajouter qu’il comprenait également la frustration des maires des villes défusionnées. Contrairement à l’administration actuelle, il se dit prêt à leur accorder un plus grand rôle, mais certainement pas un rôle majoritaire.
Selon lui, un arrangement serait avantageux pour Montréal. « Si le maire [de Montréal] acceptait un aménagement pour mieux faireparticiper les villes défusionnées, imaginez la force que ça créerait lorsqu’on aurait une unité de pensée sur certains dossiers. […] Imaginez la pression politique que ça créerait en faveur de l’île de Montréal auprès du gouvernement du Québec. On changerait complètement la dynamique et là on risquerait d’aller chercher ce dont on a besoin pour Montréal », conclut-il.
Les prochaines élections municipales à Montréal se tiendront en novembre 2009, mais pour Benoit Labonté, la campagne électorale est déjà lancée.
[ Ariane Lafrenière]



ARCHIVES
 Les Prêtres de Saint-Sulpice vendent le 3880 chemin de la Côte-des-Neiges
 8 mars, Journée internationale de la Femme
 Le premier double DEC trilingue au Québec
 Solution pour le parc Westmount
 Le Centre social d’aide aux immigrants quitte Westmount pour Ville-Émard
 Lucienne Robillard quittera la vie politique le 25 janvier prochain
 Un Westmontais offre sa collection à l’Assemblée nationale
 Loi 22 : Les maires de banlieue pourraient reprendre du terrain
 Le CHSLD St-Margaret sera rénové au coût de 2 millions $
 Ginette Sauvé-Frankel sollicite un second mandat
 L’ancien directeur de FACE veut s’impliquer politiquement

Accueil | Westmount | Côte-des-neiges Notre-Dame-de-Grâce | Annuaire
Copyright © Tout droits réservés 2007. www.lesactualites.ca