Lundi 18 novembre 2019  
Depuis JANVIER 2013, les Actualités dispose d'un nouveau site. Pour y accéder, rendez-vous sur www.lesactualites.ca



























Les garderies doivent rester à 7 $
Article mis en ligne le jeudi 23 août 2012

L’Association des garderies privées du Québec (AGPQ) est d’avis que l’indexation proposée des garderies au coût de la vie pour les quatre prochaines années n’est pas une bonne solution aux problèmes qui affligent le programme des garderies à 7 $.

Sylvain Lévesque, président de l’AGPQ a affirmé en entrevue que le gouvernement devrait plutôt développer plus de places pour les milliers de familles qui sont sur des listes d’attente, puis hausser graduellement les frais de garde.

La hausse de 2% proposée par Jean Charest ferait passer le prix des garderies à 7,73$ par jour en 2017-2018. Les Libéraux ont déjà fait passer les tarifs de 5 $ à 7 $.

« Chaque fois qu’on touche les frais de garde, on limite l’accès aux places en garderie subventionnées à 7 $ alors qu’il manque déjà de places. Il faut faire très attention parce qu’au départ, la politique voulait que ce soit un service universel axé sur l’accessibilité pour permettre aux parents de travailler », a-t-il affirmé.

L’AGPQ revendiquait l’indexation parce que les garderies privées sont obligées d’absorber les coûts à même leur budget d’opération pour y arriver.

Chaque place développée en service de garde coûte 1 $ et rapporte 1,05 $ au gouvernement. Il est très important, selon M. Lévesque, de réinjecter les fonds dans l’enveloppe d’opération des services de garde québécois. « C’est ce que les Libéraux proposent », a-t-il dit.

L’économiste Jean-Yves Duclos, de l’Université Laval, a affirmé à La Presse Canadienne que « cette hausse ne changera guère de choses dans les finances du gouvernement et qu’il devra aller chercher son argent ailleurs ».

Jean Charest a promis d’ajouter 3200 nouvelles places dans les CPE en entreprise. L’AGPQ approuve cette mesure avec une certaine réserve. « Il y en a qui ont 80 places, mais n’arrivent pas à les remplir alors qu’il manque encore 50 000 places à 7 $ par jour », a dit M.Lévesque aux Actualités.

Les membres de la Coalition pour les garderies non subventionnées et de l’Alliance pour les garderies non subventionnées, qui veulent devenir des garderies à 7 $, désapprouvent l’annonce de Jean Charest.

« On offre le même service, on suit le même règlement que le ministère. Il faut qu’ils nous traitent comme les CPE », soutient Sallyanne Manyi Agbor, directrice de la garderie Manyi à Côte-des-Neiges.

Un enjeu électoral

Les autres partis se sont également prononcés sur cet enjeu électoral.

Le 13 août, Pauline Marois a promis pour sa part de geler les tarifs de garde à 7 $ jusqu’à ce que le réseau de places en garderie soit complété dans quatre ans. Elle privilégiera le développement de centres de la petite enfance et de services de garde en milieu familial plutôt que des garderies privées à but lucratif.

En bref, la chef péquiste mettrait 32 000 places à 7 $ par jour à la disposition des parents d’ici la fin du mandat d’un gouvernement péquiste élu le 4 septembre prochain et donnerait un crédit d’impôt remboursable de 500 $ par enfant pour couvrir leurs frais d’inscription à des activités artistiques.

Québec solidaire offrirait 40 000 nouvelles places en CPE. Françoise David irait chercher les revenus dans les coffres des multinationales qui profiteront du Nord du Québec et du côté des millions qui se perdent dans la collusion et la corruption plutôt que dans les poches de la classe moyenne.

La CAQ veut convertir en places subventionnées plusieurs des 36 000 places offertes en garderie privée. François Legault veut de nouveaux CPE en milieu défavorisé et des garderies privées en milieu plus favorisé en plus d’instaurer une liste d’attente provinciale obligatoire.

[ Marie Cicchini ]

redaction@lesactualites.ca





Accueil | Westmount | Côte-des-neiges Notre-Dame-de-Grâce | Annuaire
Copyright © Tout droits réservés 2007. www.lesactualites.ca