Vendredi 22 novembre 2019  
Depuis JANVIER 2013, les Actualités dispose d'un nouveau site. Pour y accéder, rendez-vous sur www.lesactualites.ca



























Un contrat de 2 M$ retiré à Accurso
Article mis en ligne le jeudi 23 août 2012

La Ville de Montréal a retiré un contrat de 1,9 M$ à Louisbourg SBC, s.e.c. pour la construction d’une conduite d’eau de 400 mm sur les rues Lily-Simon, Saint-Jacques Ouest et sur le boulevard de Sainte-Anne-de-Bellevue à NDG.

Alors que deux des compagnies d’Accurso, Louisbourg SBC s.e.c. et Gastier M.P. inc. s’apprêtaient à mettre la main sur 38 M$ en contrats publics, la Ville a annulé quatre contrats totalisant 31.5 M$, incluant trois pour Louisbourg SBC, et un pour l’entreprise Terramex, reconnue coupable de fraude fiscale perpétrée grâce à de fausses factures.

Ces contrats n’étaient pas considérés comme urgent en termes de sécurité et de service aux citoyens. De nouveaux appels d’offres seront lancés.

La Ville a invoqué deux dispositions de la loi pour annuler ces contrats.

Dans au moins deux cas, la soumission était supérieure de plus de 15 % aux estimations internes de la Ville. Dans les deux autres cas, la Commission sur l’examen des contrats publics avait émis des doutes quant à l’intégrité du processus.

La décision se voulait sans lien avec la deuxième arrestation de Tony Accurso en quatre mois. «Ce qui nous guide, c’est l’intérêt des citoyens», a déclaré le maire Gérald Tremblay.

Mise en demeure

Après avoir retardé d’une semaine l’adjudication de 14 contrats à Louisbourg SBC, le Comité exécutif de la Ville s’apprêtait à voter le 15 août dernier quand le maire de Montréal a reçu deux mises en demeure des avocats de l’homme d’affaires exigeant de leur accorder les contrats prévus aux appels d’offres.

Gérald Tremblay a vivement réagi en déclarant qu’il ne subirait aucune intimidation et aucune influence sur les décisions à prendre.

Il a également demandé aux chefs de partis en campagne électorale de proposer des mesures claires pour prévenir et combattre la fraude dans l’industrie de la construction et d’établir un échéancier précis pour la mise en œuvre des solutions proposées.

Dans une entrevue avec Les Actualités, Michael Applebaum abondait dans le même sens le 13 août dernier. « La loi 35 a des failles parce qu’elle est encore nouvelle. Il faut la modifier pour qu’elle soit efficace », a-t-il expliqué.

Le président du Comité exécutif a précisé que la Ville ne pourrait pas retirer tous les contrats sans s’exposer à des poursuites, ni ceux où il y a urgence d’agir. Il a ajouté qu’il faut aller de l’avant avec les travaux de réfection routière, d’égouts et d’aqueducs dans le but d’assurer la sécurité des Montréalais et de leur offrir la qualité de services à laquelle ils ont droit.

Il maintient que le moyen le plus sûr d’octroyer les contrats publics aux plus bas soumissionnaires serait de procéder comme dans le secteur privé.

[ Marie Cicchini ]

redaction@lesactualites.ca





Accueil | Westmount | Côte-des-neiges Notre-Dame-de-Grâce | Annuaire
Copyright © Tout droits réservés 2007. www.lesactualites.ca