Mardi 19 novembre 2019  
Depuis JANVIER 2013, les Actualités dispose d'un nouveau site. Pour y accéder, rendez-vous sur www.lesactualites.ca



























L’avenue De Courtrai
Une mixité forgée au fil du temps
Article mis en ligne le jeudi 19 avril 2012

 
Photo: Marie Cicchini

Une mosquée côtoie une murale sur une entreprise d’importation et d’exportation.

La promenade de découverte historique et environnementale dans Côte-des-Neiges en l’honneur de Jane Jacobs s’intéressera à l’avenue De Courtrai, le secteur en partie enclavé le long de l’emprise du chemin de fer entre les viaducs de l’avenue Victoria et du chemin de la Côte-des-Neiges.

Depuis un an, l’avenue de Courtrai fait parler d’elle. Entre l’avenue Westbury et le viaduc Victoria son secteur résidentiel s’est considérablement enrichi de nouveaux logements ces dernières années.

De l’autre côté du pont qui la coupe en deux, un nouveau projet d’habitations est lancé. Rares sont les duplex, contrairement à l’avenue Mackenzie, mais plusieurs longs immeubles à logements parsèment la rue et sont concentrés du côté de Victoria.

De Courtrai est une avenue à la trame urbanistique chaotique. Le secteur commercial parsemé de temples (bouddhique, mosquées, église apostolique) jouxte le secteur résidentiel. Beaucoup de bâtiments sont disparates et singuliers du fait de leur ancienneté.

La rue présente une mixité étonnante en raison des différentes communautés d’immigration qui se sont succédé au fil du temps.

« Il s’agit d’un des derniers sites de Côte-des-Neiges où se déployait une intense activité agricole jusqu’au début du vingtième siècle. Il n’y avait que quatre ou cinq maisons sur les rues avoisinantes avant la construction de l’avenue De Courtrai. De la rue voisine, la rue Mackenzie jusqu’à la voie ferrée, il se cultivait du maïs, des oignons, des cantaloups, des légumes racine et autres produits maraîchers ou d’élevage  », affirme Sébastien Archambault de la Société environnementale (SOCENV) Côte-des-Neiges.

La dynamique est tout aussi étonnante. Comme la rue en partie enclavée n’attire guère de circulation de passage, une certaine complaisance dans la négligence s’installe de temps à autre autour d’une propriété. La SOCENV est alors appelée à trouver une solution. « C’est une rue qui a été beaucoup délaissée, même par la Ville... », dit le chargé de projets des Réseaux des jardins collectifs de Côte-des-Neiges.

Mais c’est pourtant un quartier bien vivant. Par exemple, les cérémonies religieuses peuvent aussi apporter un soudain afflux de circulation. Il n’est pas rare que le grand nombre de voitures garées bloquent des entrées et des garages, selon M. Archambault.

Malgré tout l’achalandage créé par les propriétaires fonciers, les résidants, les organismes, les lieux de culte et les entreprises, il reste un certain sentiment d’isolation qui s’amplifie normalement à la fermeture des commerces, dit-il.

Chargé du programme Pour une avenue De Courtrai plus conviviale, M. Archambault déploie depuis l’année dernière des efforts pour mobiliser la communauté locale. Il dirige des activités de verdissement de la rue et des activités rassembleuses où les résidents peuvent tisser des liens sociaux et développer un sentiment d’appartenance.

En animant la Promenade de Jane, il compte mettre en valeur la richesse culturelle et le caractère unique de la communauté.

L’horticulteur a relevé quelques « petits bijoux », mais il reste beaucoup de travail à faire sur le plan du verdissement. Sept sites sont sous-aménagés. « De longues sections de la rue n’ont pas d’arbres et plusieurs pommetiers sont malades », dit-il.

En 2012, le programme de la SOCENV prévoit des plantations, une fête de voisins, une vente de semis, une corvée de nettoyage, et des activités de sensibilisation à la propreté avec le soutien des jeunes du projet Écolo-boulot.

[ Marie Cicchini ]

redaction@lesactualites.ca





Accueil | Westmount | Côte-des-neiges Notre-Dame-de-Grâce | Annuaire
Copyright © Tout droits réservés 2007. www.lesactualites.ca