Mardi 12 novembre 2019  
Depuis JANVIER 2013, les Actualités dispose d'un nouveau site. Pour y accéder, rendez-vous sur www.lesactualites.ca



























Marc Garneau laisse la porte ouverte
Article mis en ligne le jeudi 12 janvier 2012

Le Parti libéral du Canada se cherche un chef. Pour le moment, les candidats ne se pressent pas aux portes pour relever le parti de sa défaite historique aux élections de mai 2011.

Marc Garneau, député de Westmount-Ville-Marie, a dit à la Gazette fin 2011 qu’il continue cette réflexion. Nous avons donc contacté le politicien, qui célébrera ses 63 ans le mois prochain, et qui fait face à la reconstruction de son parti pour les prochains mois.

Après ses carrières d’ingénieur et d’astronaute où il a toujours su se hisser jusqu’au sommet, voire jusqu’à présider l’Agence spatiale canadienne, Marc Garneau était présenté comme candidat vedette par le Parti libéral du Canada lorsqu’il a fait son entrée en politique en 2006. Serait-il heureux de devenir chef du parti et de relever les défis si personne ne se porte candidat?

D’abord, il espère fort qu’il y aura des candidats. « Non seulement à l’intérieur du caucus, mais à l’extérieur pour que les membres puissent voter pour une brochette de candidats et de candidates », a-t-il.

Avant tout, il faudrait savoir s’il y aura des appuis. Il a remporté la circonscription avec moins de 2% des votes de plus que son opposante aux élections de mai dernier. Ensuite, deux conditions s’imposent. « Si un candidat plus jeune se présente, et qu’il vaut la peine d’être appuyé, je me retirerai. Ou si un candidat qui est là depuis longtemps, et qui a beaucoup plus d’expérience que moi se présente, je me retirerai », a-t-il dit.

Les intéressés ont du temps pour se manifester. La date où le parti doit choisir un nouveau chef sera entre mars et juin 2013, ce qui donne au minimum 13 mois. Les choses évolueront sur la colline au printemps.

D’ailleurs, le parti doit choisir cette date à l’occasion du congrès biennal du parti, qui a lieu cette fin de semaine, du 13 au 15 janvier prochain.

Pas de fusion avec le NPD

Marc Garneau n’entrevoit pas la possibilité d’une fusion entre les néodémocrates et les libéraux à cause de divergences majeures entre ces deux partis, sur deux points en particulier. « Le NPD a généralement été contre toute forme de libre-échange avec d’autres pays. Il y a un certain protectionnisme qui n’existe pas dans la philosophie du Parti libéral », a-t-il dit.

D’autre part, il y a le lien fort entre le NPD et les syndicats, qui ont été présents dans la fondation du parti dans les années 1960. Les Libéraux n’entretiennent pas de lien resserré au même point avec les syndicats. « Ces deux partis pourraient faire front commun sur certains enjeux, mais ça ne pourrait pas aller jusqu’à une fusion », a-t-il conclu.

[ Marie Cicchini ]

redaction@lesactualites.ca





Accueil | Westmount | Côte-des-neiges Notre-Dame-de-Grâce | Annuaire
Copyright © Tout droits réservés 2007. www.lesactualites.ca