Lundi 29 mai 2017  
Depuis JANVIER 2013, les Actualités dispose d'un nouveau site. Pour y accéder, rendez-vous sur www.lesactualites.ca



























Des garderies « laissées au bord de la route »
Article mis en ligne le jeudi 1er décembre 2011

 
Photo: Marie Cicchini

Yolande James refuse les places à 7 $ pour les garderies privées. Sur la photo Patricia Chagnon.

Les 15 000 nouvelles places en garderie à 7 $ annoncées le 24 octobre dernier par la ministre de la Famille Yolande James ont fait bondir le réseau des garderies privées.

Le jour de l’annonce, Patricia Chagnon recevait par pure coïncidence son permis pour Ma Petite École Snowdon. « Les garderies privées sont laissées au bord de la route », dit-elle.

Le hic, c’est que seules les garderies privées subventionnées et les CPE qui souhaitent obtenir plus de places sont invitées à l’appel de projet lancé le 24 octobre, à condition de soumettre leur dossier le 28 janvier 2012 au plus tard.

Montréal a décroché la deuxième place avec 1990 nouvelles places de garderie à 7 $ par jour, deux fois moins qu’en Montérégie. Les premières places à 7 $ ouvriront en 2012.

Les Chagnon craignent que leur garderie privée de 50 places située au 5325, rue Snowdon devienne moins concurrentielle que prévu aussitôt qu’une ou deux garderies à contribution réduite arriveront dans le coin. « On a 25 places qui sont souvent en partie vacantes, alors qu’il y a beaucoup de gens qui en cherchent. Même si le remboursement d’impôt permet aux parents de ne pas payer trop cher, ils sont toujours très friands de places à 7 $ », explique Mme Chagnon qui a déjà des places prêtes.

Cette restriction inattendue a eu l’effet d’une douche froide sur le réseau de garderies privées, qui se disent négligées par l’appel de projets.

« Les garderies privées se sentent complètement marginalisées par la politique actuelle du ministère de la Famille et des Aînés », affirme Kamal El-Batal, président de l’Alliance québécoise des garderies privées non subventionnées (AQGPNS) dans un point de vue publié dans un quotidien La Presse.ca le 20 novembre dernier.

L’AQGPNS représentant près de 430 garderies qui offrent 24 000 places et plus de 7000 emplois directs et indirects a été fondée le 12 novembre dernier parce que « l’iniquité et le sous-financement de son réseau peuvent mettre en péril des places en garderie ».

« Si on fait de la conversion de places, on ne crée pas de nouvelles places », explique Olivier Duchesneau, attaché politique et adjoint aux communications au cabinet de la ministre James. Comme la conversion n’était pas permise en 2008, rappelle-t-il, ce n’est pas une nouvelle réalité même si Yolande James n’a pas dit officiellement qu’elle ne donnerait pas de places à contribution réduite aux garderies non subventionnées.

Pourtant, une fois les 15 000 places annoncées dans le budget, beaucoup de projets ont obtenu leur permis avant le 24 octobre. « Il y a énormément de promoteurs immobiliers qui ont investi de l’argent », affirme Mme Chagnon.

Olivier Duchesneau croit que le ministère n’a jamais laissé planer le doute. Tous les documents nécessaires pour présenter un dossier étaient fournis dans le site Web du ministère dès que les 15 000 places avaient été annoncées.

« Des associations, des coalitions, des alliances, beaucoup de gens sont prêts à descendre dans la rue pour faire de l’information », selon Mme Chagnon.

[ Marie Cicchini ]

redaction@lesactualites.ca





Accueil | Westmount | Côte-des-neiges Notre-Dame-de-Grâce | Annuaire
Copyright © Tout droits réservés 2007. www.lesactualites.ca