Mardi 17 septembre 2019  
Depuis JANVIER 2013, les Actualités dispose d'un nouveau site. Pour y accéder, rendez-vous sur www.lesactualites.ca



























L’Amérique du Sud vue par un anthropologue
Article mis en ligne le jeudi 16 novembre 2011

 
Photo: gracieuseté de Michel Pinault

Hautes Andes — trompes wakrapuku en cornes de bovins jouées aux cérémonies religieuses et tapis Viracocha (Inca)

Le Centre d’exposition de l’UdeM présente jusqu’au 11 décembre prochain Terrains d’Amérique du Sud: un parcours anthropologique, dans le cadre des activités du 50e anniversaire de son Département d’anthropologie.

Louise Grenier, directrice du Centre d’exposition, a volontiers porté le chapeau de guide aux fins de cet article pour parler d’une collection unique : une centaine d’artéfacts d’Amérique du Sud provenant d’un récent don de l’anthropologue Lionel Vallée, ancien directeur et professeur du Département d’anthropologie de 1965 à 1968.

L’exposition de ces artefacts d’une grande valeur esthétique et symbolique — textiles, ornements et objets cérémoniels, certains uniques à Montréal — est « le fruit d’une année et demie de travail avec des diplômées et des étudiantes en muséologie et en anthropologie et d’une heureuse collaboration avec le Département d’anthropologie », informe Mme Grenier.

L’anthropologie est une discipline qui s’intéresse à l’être humain sous tous ses aspects physiques et culturels. Elle couvre quatre champs – l’archéologie, la bioanthropologie, l’ethnolinguistique, et l’ethnologie.

Lionel Vallée n’a pas les manières du méchant personnage d’Indiana Jones, le professeur d’archéologie créé par Georges Lucas. Parallèlement à son enseignement, le scientifique a effectué de nombreux voyages, comme le héros hollywoodien. Entre les années 60 et 80, il a fait de la recherche auprès de populations du Pérou, de la Bolivie et du Brésil.

Le chercheur a roulé sa bosse dans les Andes et en Amazonie pour y mener une étude descriptive et analytique, sur le terrain, des mœurs et des coutumes des peuples. Opérant un aller-retour constant entre immersion et conscience scientifique, il a forgé des liens avec des peuples. Il a fait don de 300 artefacts rapportés de ces voyages à la collection d’objets ethnographiques de l’UdeM afin de sauver des objets considérés originaux, curieux, rares ou en voie de disparition.

Il a ainsi vu le second contact officiel de la Fondation nationale de l’Indien (l’organisme du gouvernement brésilien établissant la politique indigène) avec les Surui-Paiter, et constaté les effets néfastes du « développement » de la forêt amazonienne sur ces autochtones, forcés de migrer pour faire place au goudron et aux établissements d’agriculteurs.

« Ce matin du 16 mai 1971, ce sont des gens à première vue complètement dépouillés que j’ai vus apparaître à l’orée de la forêt : ils étaient nus. Ils se sont d’abord avancés aux cris de are! wa! Ce n’est que beaucoup plus tard – après avoir tenté, non sans difficultés, de ramasser un vocabulaire de leur langue – que nous avons compris plus ou moins exactement le sens de ces salutations. Aucun des 10 Brésiliens assignés à ce posto n’était en mesure de converser avec eux. » – Extrait de Nawpa Llaqta ou le lieu des ancêtres de Daniel Vallée, 1976.

Le parcours anthropologique montre aussi le travail du chercheur sur le terrain, les trocs agricoles entre paliers écologiques, le rôle des textiles, l’ethnomédecine avec les guérisseurs kallawaya et le chamanisme achuar, la résistance et l’adaptation des peuples amazoniens. On peut même y voir quelques carnets de terrains, prêtés pour enrichir l’exposition.

Pour voir M. Vallée, aujourd’hui à la retraite, il suffit de s’asseoir quelques minutes devant deux documents audiovisuels diffusés en boucle, où il parle de son travail sur le terrain et de plusieurs artefacts dans le cadre d’une interview bien ancrée au cœur des préoccupations et des débats d’aujourd’hui.

L’exposition se poursuit jusqu’au 11 décembre au Centre d’exposition de l’UdeM situé au 2940, chemin de la Côte-Sainte-Catherine. Les heures d’ouverture sont les mardis, mercredis, jeudis et dimanches de 12 h à 18 h. Entrée libre.

[ Marie Cicchini ]

redaction@lesactualites.ca





Accueil | Westmount | Côte-des-neiges Notre-Dame-de-Grâce | Annuaire
Copyright © Tout droits réservés 2007. www.lesactualites.ca