Vendredi 22 septembre 2017  
Depuis JANVIER 2013, les Actualités dispose d'un nouveau site. Pour y accéder, rendez-vous sur www.lesactualites.ca



























Côte-des-Neiges manque à l’appel
Article mis en ligne le jeudi 8 septembre 2011

 
Photo: Marie Cicchini

Gilles Berger, Michael Applebaum, les Francophones, Côte-des-Neiges tout entier manquaient à l’appel à la séance du conseil d’arrondissement de Côte-des-Neiges-NDG, le 6 septembre dernier. Mais la séance qui s’annonçait calme a été pleine de péripéties.

La période de questions (PQ) du public s’est toute déroulée en anglais, à part deux interventions des directeurs. Les 13 participants inscrits venaient tous de Notre-Dame-de-Grâce, à une ou deux exceptions près, ainsi que tous les citoyens dans la salle. Environ la moitié des sièges étaient vides.

Celui qui attirait les regards était celui de Gilles Berger, un grand homme aimé et respecté dans sa communauté, qui est mort à quelques jours de sa retraite, la semaine dernière. À côté de sa chaise, on avait posé sur un chevalet une affiche photo de lui et un bouquet de fleurs de lys symbolique. Les élus ont tour à tour exprimé leurs condoléances à la famille de l’homme qui était attaché politique du maire et des conseillers depuis 10 ans, puis tout le monde a observé une minute de silence.

Dans la soirée, les élus ont souligné la carrière exceptionnelle d’Eva Raby. Mme Raby a quitté son poste de directrice après 11 ans comme directrice de la Bibliothèque juive, le 16 août dernier. Résidente de Côte-des-Neiges et militante dédiée aux bibliothèques, elle a travaillé plus de 28 ans au développement et au succès de la Bibliothèque juive. En juin 2011, elle a reçu le prix de l’Association des bibliothécaires du Québec.

Michael Applebaum était également absent. Il serait ces temps-ci en « mission personnelle » dans son pays d’origine. Son fauteuil était occupé par Helen Fotopulos, conseillère de Côte-des-Neiges, à titre de mairesse suppléante.

Susan Clarke a annoncé la tenue d’une séance d’information le 21 sept. à 18 h au 5151, ch. de la Côte-Sainte-Catherine, où elle compte présenter le travail fait par l’arrondissement dans le dossier des graffitis. Elle veut donner l’occasion à tous de poser des questions et de donner des points de vue sur les différentes mesures de contrôle envisagées pour l’arrondissement. La proposition de nouveau règlement ne figurait pas à l’ordre du jour de la séance.

Mme Clarke provoque l’irritation et la controverse depuis qu’elle parle d’une mesure qui rendrait obligatoire l’effacement des graffitis sur les propriétés privées dans un délai raisonnable. La semaine dernière, elle était l’invitée de Dutrizac à la station radio 98,5 FM pour défendre son projet.

Le graffiti a dominé la séance. L’activiste Michael Shafter suggère que la Ville paie au moins 50% des frais de lavage à la pression faits par la Ville lorsqu’un propriétaire en fait la demande, ou qu’elle envisage d’autres initiatives. Fort irrité, Nicola Marcario affirme qu’il faut consacrer un plus gros budget aux services de patrouille et qu’il n’est pas nécessaire d’attraper le tagueur. Il a ensuite suggéré un moyen de rendre responsables les personnes qui vendent et achètent de la peinture en aérosol et facilitent le graffiti illégal. Susan Clarke a mis le doigt sur la faiblesse de cette solution, ce qui a déclenché les répliques de M. Marcario. Des citoyens ont alors répété à M. Marcario d’arrêter. Helen Fotopulos est alors intervenue et le citoyen s’est rendu compte qu’il pourrait être expulsé de la salle et s’est efforcé de retrouver son calme.

Lisa Cahn a également eu le sentiment d’ouvrir la boîte de Pandore. Elle voulait savoir pourquoi l’arrondissement n’installe jamais de dos d’âne au sud de Sherbrooke et De Maisonneuve. La mairesse suppléante a assuré que ces décisions ont une explication « politique » plutôt que « technique ». Piqué au vif, le conseiller du district de NDG a récriminé que la décision d’enlever les feux à l’intersection de Bernard et de L’Esplanade dans le Plateau était de nature politique.

Mme Cahn a aussi posé une sous-question n’ayant guère rapport avec sa question. Pour respecter le règlement, les citoyens inscrits à la PQ ont le droit de poser une question et une sous-question. Sa question portait sur l’obligation de porter le casque à vélo. Sa sous-question portait sur le besoin de dos-d’âne au sud de Sherbrooke et De Maisonneuve. « Si Michael Applebaum était ici, il m’aurait demandé si ma question est reliée à la première avant de m’autoriser à continuer  », a-t-elle lancé. La règle n’a point été rappelée, et la mairesse suppléante n’a point empêché Mme Cahn de continuer. À un moment donné, Marvin Rotrand s’est penché vers Helen Fotopulos et lui a glissé furtivement à l’oreille (à la portée du microphone) : « Ça, ce n’est pas une question supplémentaire ». Il y a eu un certain relâchement des règles durant la réunion.

Une autre résidente, Julia Bronfman, une ingénieure, affirme qu’il faut installer des panneaux d’arrêt à l’angle de Hingston et Monkland parce qu’il y a des arrêts d’autobus et des gens qui traversent la rue tout le temps. « Il y a un passage pour piétons à cette intersection, mais il est tellement vieux, tellement effacé qu’il est non existant », a-t-elle rapporté.

Venons-en aux bonnes nouvelles. L’arrondissement a accordé un permis de construction pour le Centre culturel NDG (et la bibliothèque Benny) à l’angle de l’avenue Monkland et Benny. La danse sera l’activité phare de ce centre.

[ Marie Cicchini ]

redaction@lesactualites.ca





Accueil | Westmount | Côte-des-neiges Notre-Dame-de-Grâce | Annuaire
Copyright © Tout droits réservés 2007. www.lesactualites.ca