Lundi 18 novembre 2019  
Depuis JANVIER 2013, les Actualités dispose d'un nouveau site. Pour y accéder, rendez-vous sur www.lesactualites.ca



























Une solution en vue pour l’Empress?
Article mis en ligne le jeudi 6 juillet 2011

 
Photo: Nicholas Teasdale-Boivin

La chanteuse Claire Keas fait aussi partie des gens qui veulent sauver l’Empress. Elle organisait le 18 juin dernier un spectacle pour faire connaître le projet à la population.

Le projet de Centre culturel Empress reprend tranquillement vie sur de nouvelles bases. Une idée se développe depuis six mois et un groupe de promoteurs est prêt à présenter les grandes orientations de leur projet à la communauté de Notre-Dame-de-Grâce.

« Nous travaillons en ayant trois mots-clés en tête : patrimoine, culture et communauté », indique Paul Scriver, président du conseil d’administration du Centre culturel Empress

Les promoteurs veulent préserver le plus possible de ce bâtiment dont une partie souffre de son état d’abandon depuis le sinistre qui l’a ravagé. Ils veulent aussi « conserver l’aura » de ce bâtiment historique à vocation artistique. Ils y verraient bien une composante culturelle, comme une salle de spectacle ou un cinéma, aussi bien que des entreprises d’économie sociale.

« Une entreprise d’économie sociale peut viser à réaliser des profits, mais c’est une entreprise orientée vers la communauté. Dans notre cas, il faut qu’elle soit complémentaire. On ne mettrait pas un Provigo et un cinéma. Ça ne fonctionnerait pas, les gens n’iraient pas voir de films. Nous cherchons à créer un écosystème, un ensemble d’entreprises qui se nourrissent les unes des autres », décrit M. Scriver.

Démystifier l’Empress

Situé sur la rue Sherbrooke en face du parc Notre-Dame-de-Grâce, L’Empress est véritablement intriguant en raison des éléments architecturaux Art Deco d’inspiration égyptienne qui ornent sa façade. Sa restauration semble parfois aussi complexe qu’une suite d’hiéroglyphe. Depuis plusieurs années, les efforts pour le ramener restent sans aboutissement et la communauté s’est parfois sentie exclue du projet. Conscients de cet intérêt, les promoteurs veulent rapprocher le projet de la population de Notre-Dame-de-Grâce, mais aussi en clarifier la direction.

Les promoteurs ont tenu une séance d’information le 16 juin et lancé un nouveau site web le 30 juin dernier.

« L’essence de notre message, c’est que nous travaillons sur un excellent projet depuis Noël. Nous allons impliquer le secteur privé, mais aussi les résidants de Notre-Dame-de-Grâce. Nous ne serons pas dépendants du gouvernement, financièrement, mais nous allons demander du support de l’arrondissement en termes de zonage entre autres », affirme Paul Scriver.

Des chiffres encore flous

Le projet étant embryonnaire, Paul Scriver rappelle qu’on est encore loin de couper le ruban. Il ne peut pas chiffrer le projet parce que les promoteurs tablent sur quatre projets différents. Le choix final dépendra du financement et de ce qui ressortira de la consultation auprès de la communauté. Paul Scriver estime qu’il en coûtera au moins un million de dollars pour rendre le bâtiment conforme aux normes.

« C’est vrai que chaque hiver qui passe détruit un peu plus le bâtiment à cause du climat du Québec. En même temps, nos études démontrent qu’un projet comme celui-ci peut s’échelonner sur 15 à 20 ans. Nous n’avons pas tout ce temps, mais il faut être patient et prendre le temps d’inclure les intervenants et la communauté », rappelle le président du groupe.

[ Nicholas Teasdale-Boivin ]





Accueil | Westmount | Côte-des-neiges Notre-Dame-de-Grâce | Annuaire
Copyright © Tout droits réservés 2007. www.lesactualites.ca