Mardi 12 novembre 2019  
Depuis JANVIER 2013, les Actualités dispose d'un nouveau site. Pour y accéder, rendez-vous sur www.lesactualites.ca



























Budget provincial 2011
Le budget Bachand fait des mécontents
Article mis en ligne le jeudi 31 mars 2011

 
Photo: Courtoisie

Une grande manifestation regroupant plus de 50 000 étudiants est descendue dans les rues de Montréal.

Le budget de Raymond Bachand qui maintient l’objectif du retour à l’équilibre budgétaire en 2013-2014 frappe de plein fouet de vastes groupes de concitoyens de sa circonscription.

Raymond Bachand a confirmé le 17 mars dernier des investissements totalisant 140 millions $ pour
2000 logements sociaux dans le cadre du programme AccèsLogis en
2011-2012. La province porte à 32 000 le nombre d’unités annoncées depuis 2003, des investissements totalisant
1,9 milliard $.

Stephen Harper a mis fin dans son budget le 22 mars aux investissements en logement social qui étaient prévus dans le Plan d’action économique du Canada de janvier 2009. François Saillant, coordonnateur du Front d’action commun en réaménagement urbain (FRAPRU), dénonce fermement ce budget des Conservateurs qui prive la province des 28,9 millions $ qu’elle consacrait à la construction de logements sociaux dans le cadre de son programme AccèsLogis. Québec recevait 56,7 millions $ par année pour la construction de logements sociaux et 77,8 millions $ pour la rénovation et l’amélioration des HLM existants.

Lors d’une téléconférence avec les médias locaux le 25 mars dernier, Raymond Bachand a pourtant bien confirmé qu’il s’agit d’un ajout de
2000 logements sociaux pour 2011-2012. Son budget en prévoit également dans le Nord du Québec. Pour construire une unité à 100 000 $, la partie construction coûte 60 000 $ et la partie soutien annuel, 30 000 $. Les frais de construction sont beaucoup plus élevés dans le Nord.

Chris Schwartz, un organisateur communautaire de Projet Genèse, a fermement dénoncé ce budget. Aux dernières élections, Jean Charest avait promis 3000 logements sociaux par année au cours des cinq prochaines années en vertu du programme AccèsLogis.

Comme plusieurs milliers d’unités approuvées par le passé ne sont pas encore arrivées sur le terrain, Raymond Bachand cherche un moyen d’améliorer le financement de l’habitation. Le ministère a commandé une étude de réingénierie du CIRANO et une équipe de spécialistes travaille en collaboration avec la Société d’habitation du Québec.

Frais de scolarité

Québec injectera cette année
74 millions $ supplémentaires dans le réseau. À terme, d’ici 2016-2017, le plan devrait se traduire par un ajout de 850 millions $, mais près du tiers sera financé par les étudiants. Les frais annuels de scolarité des étudiants passeront de 2168 $, cette année, à
3793 $ en 2017.

Les étudiants les moins nantis recevront une pleine compensation pour les hausses des droits de scolarité par l’octroi de bourses d’études supplémentaires. À terme, 18 millions $, soit plus du tiers des revenus provenant de la hausse des droits de scolarité, seront retournés aux étudiants sous forme de bourses. Les parents et les conjoints d’étudiants verront diminuer l’exigence de leur contribution, prévue au Programme de prêts et bourses, a expliqué Raymond Bachand.

Ces mesures ont toutefois suscité des manifestations. Plus de 50 000 étudiants ont marché dans les rues de Montréal.

Contacté par téléphone, Louis-Philippe Savoie, président de la Fédération étudiante universitaire du Québec (FÉUQ) a vivement dénoncé ce budget.

Les étudiants demandaient un gel des frais de scolarité et un réinvestissement dans l’aide financière aux études alors que des sommes de l’ordre de
70 millions $ sont actuellement disponibles du fédéral, selon lui. La contribution parentale passe de
29 000 $ à 35 000 $, et les familles qui ont un revenu brut de 60 000 $ devront payer 6% de leur revenu brut. « On force les étudiants à décrocher ou à s’endetter encore plus », a-t-il souligné.

C’est un faux débat, a répondu
M. Bachand. «Vu le coût beaucoup plus élevé des frais ailleurs, bien savant est celui qui pourra établir un lien direct entre les frais de scolarité et l’accessibilité aux études. Les étudiants doivent faire leur juste part, et ne s’endetteront pas d’un cent de plus puisque les prêts sont plafonnés et les bourses augmentées », a-t-il dit.

Le Régime volontaire d’épargne-retraite

Un régime volontaire d’épargne-retraite (RVER) est instauré pour les contribuables qui ne bénéficient pas de régime complémentaire à leur travail. « Mais il faut au moins un an pour le mettre en place puisque le gouvernement fédéral doit lever deux contraintes, ce que Jim Flaherty n’a pas fait dans son budget », a dit M. Bachand.

Les régimes ne sont pas transférables d’un employeur à l’autre. Le RVER est un régime universel qui obligerait tous les employeurs du Québec à le transmettre à ses employés qui changent d’emploi. Tous les employeurs du Québec auraient l’obligation de l’offrir, mais il n’y aurait pas d’obligation pour y adhérer. « Plus on a des régimes à forte participation, plus les frais de gestion vont être moindres », a précisé M. Bachand.

 

[ Marie Cicchini ]





Accueil | Westmount | Côte-des-neiges Notre-Dame-de-Grâce | Annuaire
Copyright © Tout droits réservés 2007. www.lesactualites.ca