Lundi 29 mai 2017  
Depuis JANVIER 2013, les Actualités dispose d'un nouveau site. Pour y accéder, rendez-vous sur www.lesactualites.ca



























La lente ascension de Saint André Bessette
Article mis en ligne le jeudi 21 octobre 2010
 
Photo Céline Saday
Des fidèles ont choisi de gravir les marches de l’Oratoire à genoux.

Une foule s’est pressée à l’Oratoire Saint-Joseph en fin de semaine pour honorer la mémoire de Saint André Bessette, canonisé dimanche dernier par le pape Benoît XVI.

Haut-lieu édifié à l’instigation de Frère André, l’Oratoire a donné, dès samedi soir, le coup d’envoi d’une programmation solennelle étalée sur deux fins de semaine. Pour les personnes qui auraient manqué la première partie des festivités, celles-ci se poursuivront les 29, 30 et 31 octobre.

Plusieurs prières et offices exceptionnels auront lieu dans la crypte et au tombeau du portier du Collège Notre-Dame. L’après-midi du 30 octobre, le rassemblement se déplacera au Stade olympique de Montréal, où sera célébrée une messe d’action de grâce. Les festivités s’achèveront le 31 octobre au soir, par l’installation de l’icône de Saint André.

Du point de vue de la circulation, l’affluence attendue le week-end des 29, 30 et 31 octobre occasionnera une présence policière accrue sur le chemin Queen-Mary, entre l’avenue Victoria et le chemin de la Côte-des-Neiges. Un resserrement du contrôle du stationnement étant également prévu aux abords de l’Oratoire, il est conseillé aux visiteurs d’emprunter les transports en commun pour se rendre sur les lieux.

Au-delà des célébrations religieuses, l’évènement a aussi revêtu un caractère historique indéniable en mettant fin à un atermoiement de près de 70 ans des démarches auprès des papes qui se sont succédé de la fin des années 1930 jusqu’à maintenant.

Après Marguerite Bourgeoys et Marguerite d’Youville, Frère André est le troisième religieux québécois à être canonisé.

QUI ÉTAIT SAINT ANDRÉ BESSETTE?

Alfred Bessette, dit frère André, naît en 1845 à Saint-Grégoire d’Iberville (Cantons-de-L’Est).

Orphelin à 12 ans, le jeune Alfred est recueilli par une tante maternelle, à Saint-Césaire.

De 1863 à 1867, adulte chétif, il tente sa chance aux États-Unis, dans les filatures de coton de la Nouvelle-Angleterre. Il rentre au pays à la proclamation de la nouvelle confédération canadienne.

En 1870, il est admis à la Congrégation de Sainte-Croix et prend le nom de frère André, en hommage à son mentor, l’abbé Joseph André Provençal, curé de Saint-Césaire.

Portier au Collège Notre-Dame, il sera aussi l’infirmier de sa communauté religieuse. Les malades et éclopés abondent après avoir entendu les récits de guérisons miraculeuses qui lui sont attribuées.

Le thaumaturge accueille les malades à l’entrée du collège avant de faire ériger un oratoire dédié à Saint-Joseph, sur le mont Royal, en 1904. Pour contenir l’affluence, la chapelle originale est agrandie plusieurs fois, avant l’édification d’une basilique.

Frère André meurt en 1937, à l’âge de 91 ans. Un million de personnes défilent devant son cercueil. La basilique, appelée modestement oratoire, est encore inachevée.

En 1940, le long processus menant à sa canonisation débute.

Déclaré vénérable par le pape Paul VI en 1978, Frère André est béatifié par Jean-Paul II en 1982.

[Céline Saday]






Accueil | Westmount | Côte-des-neiges Notre-Dame-de-Grâce | Annuaire
Copyright © Tout droits réservés 2007. www.lesactualites.ca