Mercredi 13 novembre 2019  
Depuis JANVIER 2013, les Actualités dispose d'un nouveau site. Pour y accéder, rendez-vous sur www.lesactualites.ca



























Pédophilie :
Alan F. James connaîtra sa sentence le 9 juin
Article mis en ligne le jeudi 13 mai 2010

Alan Frederick James a été reconnu coupable le 7 mai dernier de tous les chefs d’accusations de contacts sexuels avec trois fillettes alors âgées de 3 à 5 ans qui fréquentaient la garderie de son épouse dans Côte-des-Neiges, Fun Time Home Daycare.

Le juge Jean-Pierre Bonin devait décider s’il devait croire les fillettes, mais leurs récits explicites et de leur témoignage a fait pencher la balance de leur côté. Le juge a reconnu James coupable des trois chefs d’accusation pour attouchements sexuels et d’un chef d’accusation pour incitation à des contacts sexuels.

James est resté impassible à la lecture du verdict et n’a fait aucun commentaire en sortant de la salle, se contentant d’un salut de la main et d’un bref sourire, le regard caché derrière de minuscules lunettes rondes teintées.

Son avocat, Me Robert Israel, explique que le juge doit maintenant « se prononcer sur les conséquences ». James sera de retour au palais de Justice le 9 juin pour connaître sa sentence. Il est passible de 10 ans de prison pour chacun des quatre chefs d’accusation.

James est un ingénieur sans emploi. Il maintient qu’il ne s’approchait pas des fillettes et qu’il n’allait dans la garderie que pour accomplir des tâches administratives. Mais d’après la mère d’une des fillettes, James changeait les couches de sa petite, ce qui la mettait si mal à l’aise qu’elle en avait discuté avec la propriétaire. Suite aux plaintes des fillettes, la garderie a été fermée. Deux des trois fillettes agressées sont des sœurs.

Dans ses témoignages, une des fillettes a réitéré fidèlement le contexte dans lequel James a posé les gestes reprochés, notamment des séances de masturbation avec elle quand elle avait cinq ans. Elle a précisé comment « daddy Allan » faisait aller en simultané ses mains sur leurs organes génitaux jusqu’au point culminant. Le juge Bonin s’est dit impressionné de la justesse des propos venant d’un enfant de cet âge.

[Marie Cicchini]





Accueil | Westmount | Côte-des-neiges Notre-Dame-de-Grâce | Annuaire
Copyright © Tout droits réservés 2007. www.lesactualites.ca